L'express leaks du dimanche 11 novembre au vendredi 17 novembre

Avec le soutien de

Des bruits de couloir, les derniers buzz ou les derniers scandales, l'express vous dévoile ici ce que les autres vous cachent.

Stratégie payante

La stratégie du PMSD de s’afficher aux côtés des syndicats du transport semble avoir payé. L’une des syndicalistes en vue du mouvement a affiché sa belle couleur bleue lors du dernier congrès du parti.

PPS ? Non merci

Un backbencher de la majorité qui n’a pas sa langue dans sa poche aurait décliné une offre pour monter en grade et devenir secrétaire parlementaire privé (PPS) cette semaine. Lui, qui attend depuis belle lurette un portefeuille ministériel, ne cache pas sa déception après le dernier exercice de chaises musicales au Conseil des ministres.

Il a peur de quoi ?

Un jeune ministre a raccroché au nez d’un journaliste étranger qui travaille sur les Paradise Papers. Ce dernier avait appelé le ministre puisqu’une instance sous son ministère refusait de répondre au mèl qu’il avait envoyé concernant Jean-Claude Bastos, CEO de Quantum Global.

Le grand retour

L’ancienne attachée de presse Padmah Osman est de retour au ministère de l’Égalité du genre. Elle y est en tant qu’«adviser» depuis hier, soit au lendemain de la prestation de serment de la nouvelle ministre, Roubina Jadoo-Jaunbocus. Ce retour est-il lié au changement de ministre ? On explique simplement que Padmah Osman connaît bien la maison.

Trafic de spiritueux

Le retour de mission pour trois hauts cadres d’une compagnie de l’État ne s’est pas bien passé. À leur descente d’avion en provenance d’Afrique du Sud, ils ont été contrôlés par des douaniers. Ces derniers ont découvert des bouteilles de whisky, dont du Blue Label, des bouteilles de Cointreau et d’autres spiritueux dans leurs bagages. Le hic : ces bouteilles n’ont pas été déclarées auprès de la douane.

Tout dépend du camp

Les règlements internes d’une institution bancaire ayant comme actionnaire l’État interdisent aux employés toute participation à une activité politique. Sauf, semble-t-il, si un ministre et un député interviennent en votre faveur. Le hic : son collègue, lui, avait été suspendu en 2016 pour une action similaire. Sauf que là, l’activité en question concernait un parti de l’opposition.

Nouvelle vie

Depuis qu’il a retourné sa veste, son train de vie a changé. Celui qui avait défrayé la chronique il y a quelques semaines a même été aperçu au volant d’une voiture qui ne serait autre que la sienne. Ce changement drastique étonne plus d’un, surtout que cet homme était chômeur pendant un bon moment après avoir perdu tout son argent. Les réponses sont finalement là. Ce dénonciateur a reçu Rs 284 684 en trois fois au mois d’octobre en provenance de France, à travers Western Union. Reste à savoir pourquoi une âme charitable lui envoie ces sommes…

L’internat de l’horreur

Ils sont terrorisés. Plusieurs jeunes aspirants médecins en internat dans un hôpital public ne veulent plus se rendre sur leur lieu de travail. La raison derrière : un gynécologue qui ne cesse de les malmener jusqu’à les faire pleurer. Cette semaine-ci, il leur aurait interdit de se rendre en salle pendant trois jours. Une jeune femme a fini par craquer et a remis sa lettre de démission. Mais celle-ci n’a pas été acceptée.

La police enquête sur doudou

Doudou devra se tenir à carreau car il risque d’être inquiété par la police. Celle-ci a décidé d’ouvrir une enquête pour savoir qui est derrière ces banderoles. Plusieurs automobilistes se plaignent que celles-ci obstruent la circulation. Elles sont d’autant plus mystérieuses car elles ne portent ni le nom du propriétaire ni celui de l’imprimeur. Cependant, certains laissent entendre que ces banderoles font partie d’une campagne publicitaire.

Course d’obstacles !

Même si le PMU démarre ses activités en grande pompe à Maurice, ses tentatives pour prendre le MTC «on board» butent sur un point en particulier. Le MTC rejette la proposition de l’entreprise française qui lui offre 3 % des enjeux «on course» pour la promotion de la filière hippique outre les 5 % comme «pool collector» à l’intérieur du circuit hippique. Le MTC veut, lui, obtenir du PMU 3 % des enjeux nationaux. Plein d’obstacles à franchir dans cette course entre le MTC et le PMU.

L’oiseau rare à la MBC

À la recherche de l’oiseau rare pour le poste de directeur de l’information, la Mauritius Broadcasting Corporation pourrait faire appel à un ancien de la boîte qui a également une expérience régionale. Cet ancien journaliste, qui a de l’expérience dans l’hôtellerie et la communication, aurait été approché par la direction de la télévision nationale. Le bureau du Premier ministre serait également favorable à sa nomination.

Un affairiste veut une licence tv

Un homme d’affaires, connu pour sa proximité avec le Sun Trust, joue toutes les cartes dont il dispose pour, d’une part, effacer ses dettes et, de l’autre, négocier une licence TV. Toutefois, au moins deux ré- centes bourdes de ses employés qui ont embarrassé le pouvoir ont bloqué son dossier. Celui-ci, en raison d’un intense lobbying, avait atteint un stade avancé.

Alliés stratégiques

Des émissaires rouges ont établi une ligne de communication avec les deux ministres Lepep qui ont dû «step down» récemment. Ces derniers leur ont fait dire que si jamais ils se sentent rejetés ou lésés par le parti soleil, ils peuvent discuter avec les travaillistes – qui eux aussi se disent persécutés par la police de Nobin.

Où est passé Collendavelloo ?

La question taraude les observateurs politiques. Où est donc passé Ivan Collendavelloo, grand défenseur d’Alvaro Sobrinho et de Showkutally Soodhun, alors que ces derniers passent par des épreuves difficiles ? Son absence au Parlement – qui a laissé le «front bench» uniquement aux Jugnauth – et à la prestation de serment est diversement commentée…

Entre compatriotes

Après trois appels infructueux pour octroyer le contrat publicitaire de l’aéroport, Airport Terminal Operations Ltd (ATOL) espère que cette fois sera la bonne. Les précédents exercices n’avaient pu aboutir pour d’obscures raisons. Certains soumissionnaires ont pointé du doigt un possible conflit d’intérêts car l’un d’entre eux a créé une entreprise en France en partenariat avec l’Aéroport de Paris. Or, ce dernier est actionnaire d’ATOL, celui qui a lancé l’appel d’offres auquel a participé à trois reprises ce soumissionnaire. Les opérateurs locaux crient au scandale.

La colère de Pravind

Alors que cet «Acting Director» devrait bientôt partir à la retraite, le «Chairman» de l’institution où il travaille aurait décidé de le promouvoir au poste de «Chief Executive Officer». Afin de faire bénéficier d’une pension de retraite plus conséquente à son collègue. Ce stratagème ne serait pas passé inaperçu et aurait provoqué la colère du Premier ministre. Le «Chairman» aurait frisé une révocation.

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires