Départ de Soodhun: le siège au front bench inoccupé

Avec le soutien de
Au Parlement le mardi 14 novembre, le «front bench» sera composé du Premier ministre Pravind Jugnauth et des ministres Ivan Collendavelloo et sir Anerood Jugnauth.

Au Parlement, le mardi 14 novembre, le «front bench» sera composé du Premier ministre Pravind Jugnauth et des ministres Ivan Collendavelloo et sir Anerood Jugnauth.

La question reste entière : qui occupera le siège de Soodhun au front bench ? À la reprise des travaux parlementaires, prévue ce mardi 14 novembre, l’un des quatre sièges importants du gouvernement restera inocuppé après la démission de Showkutally Soodhun. Le front bench sera composé du Premier ministre, Pravind Jugnauth, du Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo et du ministre mentor sir Anerood Jugnauth.

Au sein de la direction du Mouvement socialiste militant (MSM), on indique que ce poste ne sera pas pourvu dans l’immédiat. Il n’a pas encore été décidé si le titre de vice-Premier ministre (VPM) sera attribué à un autre ministre, laisse-t-on comprendre. Et d’ajouter qu’il est question d’attendre la fin de l’enquête policière sur la vidéo à relent communal qui a fait tomber Showkutally Soodhun pour décider si un nouveau vice-Premier ministre sera nommé.

Au Parlement, suivant sa démission, Showkutally Soodhun devrait s’asseoir comme backbencher aux côtés de Ravi Rutnah, Kalyan Tarolah et Gowkaran Oree.

Dans les milieux politiques, il se chuchote également qu’au cas où Showkutally Soodhun ne retrouverait pas sa place, il se pourrait qu’une femme, en la personne de Fazila Daureeawoo, l’actuelle ministre de l’Égalité du genre, soit promue au poste de VPM pour être au front bench. Celle-ci est députée de la circonscription n°19 (Stanley–Rose-Hill).

Publicité
Publicité

On le croyait invincible et intouchable après que ses nombreuses frasques qui ont défrayé la chronique depuis le début de son mandat et qui sont passées sans qu’on le sanctionne. Mais Showkutally Soodhun s’est résigné à donner sa démission d’un «commun accord» avec le Premier ministre Pravind Jugnauth, après qu’une vidéo dans laquelle il tient des propos à relent communal a été publiée. Retour sur le scandale qui a fait tomber le n°4 du gouvernement.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires