[Vidéo] Travaux à Gris-Gris: «Il y a des choses plus utiles à faire sur cette plage», clament les habitants

Avec le soutien de
La présence d’une pelleteuse sur la plage de Gris-Gris, mercredi 8 novembre, a fortement déplu aux habitants.

La présence d’une pelleteuse sur la plage de Gris-Gris, mercredi 8 novembre, a fortement déplu aux habitants.

Objectif : embellir le littoral. Dans cette optique, un passage en béton menant de la plage de Gris-Gris à la grotte naturelle située à l’autre extrémité sera construit. Toutefois, le projet ne fait pas l’unanimité dans ce village du Sud, à Souillac. D’ailleurs, quand les habitants ont aperçu pelleteuse et bulldozer, ils sont vite montés au créneau.

Mercredi 8 novembre. Il est 7 h 20. Mary-Anne Giffiths fait son jogging quotidien quand elle est interpellée par des engins garés sur l’herbe. Il y a là un bulldozer et une pelleteuse. Tout l’attirail nécessaire pour entreprendre des travaux. D’ailleurs, des travailleurs sont déjà à la tâche.

Mary-Anne Giffiths alerte immédiatement les autres habitants. Quelques minutes plus tard, un petit groupe s’est formé. Pressés de questions, les ouvriers expliquent qu’ils sont là afin de raser la végétation qui jouxte le sable pour y placer des slabs. Ce passage bétonné devant mener à la grotte à l’autre extrémité. 

«Trou» abritant drogués et SDF

Cette grotte n’en est pas vraiment une, selon Armand Maudave, qui habite Gris-Gris depuis plus de 50 ans. Il soutient que c’est plutôt un «trou» qui abrite, les nuits de marées basses, des drogués et des SDF. Pour s’y rendre, il suffit d’emprunter les escaliers qui mènent à la plage.

«Il y a des choses plus utiles à faire sur cette plage que d’inciter les gens à venir y faire n’importe quoi», plaident Julio et Françoise Deiana. Bouteilles usagées, en plastique et en verre, et seringues jonchent la plage, au grand désespoir des habitants. La beauté naturelle de Gris-Gris est ce qui fait la fierté des habitants. «Il ne faut surtout pas y toucher car c’est ce qui protège la plage de l’érosion», clame le couple italo-mauricien, qui habite la région depuis plus de 12 ans. Julio sait de quoi il parle, ayant fait partie d’une association, basée en Italie, luttant pour la protection de la faune et la flore sauvage dans le monde, pendant de très longues années. 

Pour l’heure, les contestataires sont parvenus à interrompre les travaux. Mais pour combien de temps ? Selon les informations recueillies, c’est le ministère de l’Environnement qui a envoyé la pelleteuse et le bulldozer. Toutefois, il semble que ni le conseil de district, ni celui du village n’étaient au courant de la construction d’un passage. Et encore moins les habitants. 

Le projet ne sert à rien

Ces derniers sont d’avis que ce projet ne sert à rien. Et d’ajouter qu’en période cyclonique, cette partie de la plage où les travaux devraient avoir lieu est complètement submergée par les flots. Sans compter les impressionnantes vagues qui y déferlent. 

Néanmoins le ministre Étienne Sinatambou, lui, se veut rassurant. «C’est un projet pour embellir le littoral. Mais il ne faudra pas aller de l’avant avec s’il n’est pas respectueux de l’environnement paysager.» Malgré l’assurance du ministre, les habitants de Gris-Gris restent, eux, sur le qui-vive…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires