Rezistans ek Alternativ: «Ce n’est pas normal qu’un Premier ministre ne peut sanctionner un député»

Avec le soutien de
Les membres de Rezistans ek Alternativ réclament la démission de Soodhun en tant que député.

Les membres de Rezistans ek Alternativ réclament la démission de Soodhun en tant que député.

Les propos à relent communal tenus par Showkutally Soodhun étaient au centre de la conférence de presse de Rezistans ek Alternativ, samedi 11 novembre. Si les membres de la partie de gauche accueillent favorablement la démission de l’ancien no4 du gouvernement, ces derniers affirment qu’il doit également quitté son poste de député. «En tant que député, il doit être tenu responsable de ses propos. Ce n’est pas normal qu’un Premier ministre ne puisse pas sanctionner un député de la majorité qui a commis une telle faute», a soutenu Stéphane Gua. Il a ajouté qu’il «aurait fallu une législation pour que le peuple puisse décider si un député doit toujours avoir accès au Parlement après avoir tenu ce genre de propos».

Rezistans ek Alternativ a, dans la foulée, demandé à ce que les allocations des maisons de la National Housing Development Corporation soient rendues publiques afin de constater s’il n’y a pas eu maldonne. Lors de cette rencontre, le parti de gauche s’est également interrogé sur la vidéo incriminant Showkutally Soodhun qu’a remis Xavier-Luc Duval à la presse. Il s’est demandé combien de temps celle-ci était en possession du leader de l’opposition.

Commentant le scandale des Paradise Papers, Rezistans ek Alternativ est d’avis que c’est un nouveau coup dur pour Maurice. «L’évasion fiscale sera toujours d’actualité à Maurice si les lois financières en ce qui concerne l’offshore ne sont pas revues», a fait ressortir Stéphane Gua. Ce dernier a rappelé qu’une marche de protestation se tiendra sur la plage de Pomponette ce dimanche 12 novembre. Celle-ci fait suite aux propos tenus par le promoteur de Clear Ocean Hotel & Resorts Limited.

Publicité
Publicité

On le croyait invincible et intouchable après que ses nombreuses frasques qui ont défrayé la chronique depuis le début de son mandat et qui sont passées sans qu’on le sanctionne. Mais Showkutally Soodhun s’est résigné à donner sa démission d’un «commun accord» avec le Premier ministre Pravind Jugnauth, après qu’une vidéo dans laquelle il tient des propos à relent communal a été publiée. Retour sur le scandale qui a fait tomber le n°4 du gouvernement.

D'autres articles »

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires