Conduite autonome: Audi se tourne vers les universités

Avec le soutien de
Une Audi à l'échelle 1/18 utilisée lors du concours de conduite autonome Audi Autonomous Driving Cup.

Une Audi à l'échelle 1/18 utilisée lors du concours de conduite autonome Audi Autonomous Driving Cup.

Les 15 et 16 novembre, Audi accueillera la troisième édition de son Audi Autonomous Driving Cup à Ingolstadt, en Allemagne. C'est un concours qui met en compétition huit équipes émanant de huit universités différentes pour la programmation de voitures sans conducteur.

Chaque équipe démarre avec la même Audi (à l'échelle 1/18) équipée de capteurs fournis par le constructeur. «L'agencement du système de capteurs et de l'ordinateur central sous la carrosserie est fondamentalement le même que celui d'une automobile de production», explique le professeur Florian, directeur du développement d'outils logiciels chez Audi Electronics.

Cependant, chaque voiture dispose d'un logiciel unique qui rapporte toute les informations des différents capteurs pour mettre en œuvre la conduite autonome. Et chaque logiciel a été développé par les équipes universitaires en lice.

Le but de ce concours est donc de voir quel modèle de voiture réussira le mieux le test sur le circuit Audi. Ce test comprend un créneau, des manœuvres en marche arrière et un slalom entre des obstacles à terminer le plus rapidement possible et sans accident. Les voitures devront aussi être capables d'identifier les différents feux de signalisation, ne pas naviguer trop près d'autre véhicules dans un cadre urbain miniature, à la même échelle que les voitures, avec d'autres conducteurs et des piétons.

L'industrie automobile est clairement à un moment charnière de son histoire : plutôt que d'avoir le choix entre plusieurs voies différentes, il semblerait qu'elle ait décidé de s'aventurer dans deux voies parallèles. La première mène à l'avènement de l'électrique et la fin du moteur à combustion, alors que la seconde penche pour l'automatisation totale des véhicules où chacun devient passager et non plus conducteur de son véhicule.

Mais ces deux voies partagent un point commun : les constructeurs ne disposent pas des talents inhérents pour mener ces projets à bien sans recourir à l'aide de tiers, que ceux-ci soient des start-ups, des fournisseurs, de plus petits concurrents ou des développeurs informatiques tels que ceux qui prennent part au concours lancé par Audi.

L'équipe qui remportera cette compétition recevra un chèque de 10.000€, mais ce n'est qu'un début. Chaque membre se verra offrir un stage ou un emploi et l'espoir d'être recruté de façon pérenne par le constructeur.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires