Rivalz Chevreau de Montléhu: l’exorciste

Avec le soutien de
Rivalz Chevreau vient de publier ses mémoires sous forme de livre intitulé «Itinéraire d’un coureur des bois».

Rivalz Chevreau vient de publier ses mémoires sous forme de livre intitulé «Itinéraire d’un coureur des bois».

Ancien ingénieur électrique, Rivalz Chevreau vient de publier ses mémoires sous forme de livre intitulé «Itinéraire d’un coureur des bois», largement consacré à sa passion pour la chasse. Mais depuis qu’il s’est retiré, il mène de front une autre activité, celle de chasser les démons des personnes possédées.

Rivalz Chevreau de Montléhu a été ingénieur à la General Electric Supply,
devenue le Central Electricity Board.

Un esprit particulièrement vif dans un corps qui se maintient, malgré l’avancée de l’âge, c’est tout Rivalz Chevreau de Montléhu, 94 ans. Cet ingénieur retraité de la compagnie General Electric Supply, devenue corps parapublic connu comme le Central Electricity Board, considère incomplet son Itinéraire d’un coureur des bois, dont les extraits ont été puisés des notes qu’il a sauvegardées sur un ordinateur acheté à sa retraite. «Il n’y a là qu’une partie de ce que je pouvais écrire», dit-il, car cet électron libre s’est, de son propre aveu, «toujours battu avec des gens plus hauts placés. De ce fait, on ne peut tout raconter.» C’est sa petite fille, Anaïs Antoine, qui s’est chargée de remettre de l’ordre dans ses notes et d’en faire le tri à des fins de publication.

Rivalz Chevreau est un autodidacte. À l’issue de ses études secondaires au collège Royal de Curepipe, cet amoureux de la nature et de la chasse entre à la General Electric Supply par le «trou de la serrure» puisqu’il est recruté comme Meter Reader. Il apprend sur le tas et gravit les échelons au sein de cette compagnie dirigée par des Britanniques et fait des années plus tard des études de génie électrique par correspondance. Il a, notamment, participé à la construction et à l’extension de la centrale hydroélectrique de Tamarind Falls. Lieu qu’il adorait, car en pleine nature et où il a pu donner libre cours à son amour pour la chasse.

Il estime avoir à son tableau de chasse entre 100 à 150 cerfs et sangliers confondus. Sans compter les lièvres. N’est-ce pas contradictoire d’aimer la nature et les animaux mais de chasser et de tuer ces derniers ? «Non, cela ne l’est pas. Tous les chasseurs vous diront qu’ils chassent parce qu’ils aiment la nature, qu’ils ont une curiosité,un amour pour l’animal. Ils le tuent pour le posséder

Étant croyant, lorsqu’il a pris sa retraite en 1989, il a rejoint le Renouveau Charismatique. Et il s’est mis à chasser de plus belle. Mais il était loin de se douter que c’était d’un autre type de chasse qu’il serait chargé. Un jour que sa femme Lucie lui a offert un livret Parole de Chaque Jour, il a lu un passage de l’Évangile et en a été bouleversé. «Je croyais en Dieu mais je n’avais pas l’habitude de lire la Parole ainsi. Je l’ai lue et pendant une heure et demie, j’ai pleuré tant j’étais touché.» Lui et son épouse assistent régulièrement à la messe et aux sessions du Renouveau Charismatique et vu son gabarit, on le nomme responsable du service d’ordre. Et lorsque les fidèles en prière invoquent le St Esprit, il est surpris de voir certaines personnes tomber en transe et hurler. «J’étais obligé de les faire sortir. J’ai réalisé qu’il y avait quelque chose d’anormal qui se produisait. Je me suis documenté et j’ai compris que ce qui se passait était le contraire des Esprits de Dieu, que c’était l’œuvre de Satan qui est à la tête de tout ce qui est mauvais

Un jour qu’il est en retraite spirituelle à Souillac, il prie l’Esprit Saint et lui demande de le laisser s’occuper des pauvres. Alors qu’il marche dans la forêt quelque temps après, il «sent la présence de Dieu» et reçoit un des charismes de l’Esprit Saint, à savoir la capacité de parler en langue qui est incompréhensible à l’oreille humaine et y compris à celle du Diable. Il s’en ouvre à des prêtres et c’est avec eux qu’il pratique son premier exorcisme. «L’exorcisme, c’est du sérieux.» Un ami de La Réunion lui achète le livre Comment se débarrasser des mauvais esprits et il apprend aussi la prière de l’exorcisme écrite par le Pape Léon XIII.

Même chez les prêtres, certains ne croient pas qu’un laïc puisse procéder à des exorcismes. On le lui dit. Voulant être sûr de sa démarche, ce père de sept enfants – six filles et un garçon – et son épouse se rendent alors à Medjugorje en Bosnie-Herzégovine, où les Catholiques sont persuadés que la Vierge Marie est apparue à six enfants. «J’ai imploré la Vierge et je lui ai demandé de me faire connaître l’opinion de Dieu. Il me fallait un signe. Le premier matin après notre arrivée à Medjugorje, Lucie et moi avons été à la messe et nous nous sommes assis dans le dernier banc. Là posé dessus, il y avait un livre. Je l’ai ouvert et sous mes yeux est apparue la phrase qui disait ceci : ‘Vous qui êtes dans le monde pour guérir les malades et chasser les démons, vous ferez plus.’ C’était la confirmation que j’attendais.»

Depuis, lui et son épouse ont pratiqué des exorcismes. Ils le faisaient pendant deux jours d’écoute à la permanence de l’église Ste Thérèse d’Avila, à Curepipe, et depuis la disparition de sa bien-aimée le 25 décembre 2016, il le pratique à son domicile curepipien. La plus grande force du Diable, selon lui, est de faire croire qu’il n’existe pas. «Or, il existe et est à la tête d’esprits maléfiques et de tout ce qui est mauvais, que ce soit la drogue, la prostitution, la sorcellerie, le suicide, mais aussi toutes les pratiques païennes comme le gardien la cour qui n’est rien d’autre qu’un mauvais esprit qui va essayer de coucher avec toutes les femmes de la maison, qui va mettre du désordre entre les couples et où vous verrez que vous ne voyez jamais la couleur de l’argent que vous gagnez. C’est par ces rites païens transportés dans les bagages de certains ancêtres qui ont peuplé l’île que le Diable s’infiltre. Il y a beaucoup d’autres moyens aussi. Si vous pactisez avec le Diable, vous serez sous son pouvoir qu’il exerce à mauvais escient. Seul Dieu peut créer. Comme lui ne le peut pas, il détruit l’œuvre de Dieu

Rivalz, en compagnie de son épouse Lucie.

Le plus long exorcisme que Rivalz Chevreau ait fait a duré trois ans à raison d’une séance par semaine. C’était sur un couple qui venait de se marier et en particulier sur la femme. L’homme qui avait eu des relations antérieures avec une Malgache, était incapable de consommer l’union. «La Malgache avait envoyé un cadeau de mariage à la future épouse. C’était un présent ensorcelé. Certains Malgaches sont très forts pour aranz dimounn. Le prêtre m’a confié ce couple. Lorsque l’on s’adresse au démon, c’est avec la puissance de Dieu et c’est Dieu qui l’expulse. Nous ne sommes que les instruments de Dieu. Cela a pris trois ans pour expulser ce démon. Le mari a été remarquablement patient

Il se dit très triste lorsque ce sont des enfants en bas âge, qu’ils voient possédés. «Ce sont des enfants généralement de deux ou trois ans qui se réveillent en hurlant presque à la même heure chaque nuit. Souvent, ils rejettent leur mère mais partent volontiers avec l’employée de maison. Mon expérience m’a montré que ce sont parfois les employés de maison qui ensorcellent les enfants car leur objectif est de prendre le mari. Cela fait mal de voir des enfants en souffrance.»

Rivalz Chevreau confie que «ça cause les démons et d’une voix rauque. Ils ne sont pas différents des manifestations dépeintes dans les films d’horreur. Les démons me parlent et me disent : Ankor twa, aswar mo pou vinn ar twa.» Un exorcisme, poursuit-il, peut être très physique. «C’est comme un combat très violent. Parfois, je suis obligé d’attacher la personne pour pouvoir prier sur elle.» Il ne craint rien. «Pourquoi aurais-je peur puisque je suis du côté de Dieu

Par contre, il avait peur pour son épouse. «Je n’aimais pas qu’elle pratique l’exorcisme avec moi car ce n’est pas sans risque.» Un jour, ses craintes ont failli s’avérer. Ils sortaient de la messe et regagnaient leur maison. «La veille, nous avions fait un exorcisme et au retour, j’ai senti qu’il y a quelque chose qui me gênait. Nous retournons à la maison en voiture et j’ai juste le temps de déposer Lucie et ma voiture s’emballe. Je n’ai aucun contrôle sur elle. J’ai beau freiner, rien n’y fait. J’ai entendu une voix me disant : ‘aujourd’hui, je te tue’. La voiture a embouti le garage, j’ai eu des contusions mais rien de plus. Le danger avec l’exorcisme c’est d’en payer les conséquences

Son dernier exorcisme date de novembre dernier. C’était sur une femme qui pratiquait la sorcellerie et qui lui avait emmené sa fille. «J’ai essayé de faire la dame tenir le crucifix. Elle m’a répliqué : personn pa pou kapav fer mwa trap sa. Elle s’est débattue et j’ai dû faire la prière d’exorcisme à plusieurs reprises pour qu’elle soit libérée

Il trouve que le monde va très mal. «Il y a beaucoup de souffrances et de mauvaises choses. Notre finalité est d’aller rencontrer Dieu qui nous a mis sur la terre. Ce qu’il faut, c’est de ne pas toucher à tout ce qui est mal, ne pas faire du mal à son prochain, ne pas convoiter son emploi. Il faut vivre normalement mais sans intention de nuire à quiconque. Il ne faut pas essayer de se frotter au Diable. Il faut se mettre sous le regard de Dieu

Pour avoir côtoyé les démons, il sait que l’enfer existe. L’idée qu’il s’en fait est celle d’un lieu terrible. «Je crois qu’il vaut mieux disparaître, ne plus exister plutôt que d’y aller. Je le répète : on doit vivre bien et se préparer à la vie éternelle. Cela se résume en deux commandements : Aimez votre Dieu et aimez votre prochain. Notre avenir est au ciel. Faites ce que Dieu vous dit et ne suivez pas le démon

Rivalz Chevreau en est à la troisième édition de son livre «Ecoute, Prière et Délivrance», préfacé par le père Jocelyn Grégoire et qui raconte son expérience d’exorciste.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires