[Vidéo] Enceinte et battue: «Mo pann swazir bon dimounn pou mo maryé», dit Karishma

Avec le soutien de
Karishma est déterminée à ne plus retourner vers son mari.

Karishma est déterminée à ne plus retourner vers son mari. 

«Léta ki mo été, mo ti bizin pé réposé trankil dan mo lakazla. Mé mo destin pa bon, mo pann swazir bon dimounn pou mo maryé…» Ces mots, poignants, sont ceux prononcés par Karishma Nallatambee-Pirthy. À 21 ans, elle est mère de deux enfants et attend son troisième bébé. Elle en est à son cinquième mois de grossesse. Mais samedi, elle a atterri à l’hôpital pour une tout autre raison : c’était pour recevoir des soins après que son mari l’a battue, selon ses dires…

La jeune femme, toute menue, engoncée dans un churidar bleu, tient son bébé entre ses bras. Son calvaire, elle le raconte sur un ton blasé, le regard perdu dans le vide. Samedi, elle aurait été sauvagement tabassée par son époux et sa belle-mère… À tel point qu’elle a dû être hospitalisée pendant trois jours à l’hôpital Jawaharlal Nehru, à Rose-Belle. Le mari, Kavi Pirthy, 30 ans, maçon de son état, ainsi que la belle-mère, ont été arrêtés et placés en détention.

Karishma avait tout juste quitté l’hôpital, quand nous l’avons rencontrée hier… Au poste de police de Rose-Belle.

Et elle a déjà entamé des démarches auprès de la police et la Family Protection Unit. «Mo per tansion kan li (NdlR, son mari) sorti, li rod vinn tap mwa ankor», confie-t-elle d’une voix empreinte d’angoisse.

«Mo pa pou kapav pardonn li. Dépi monn maryé mo pé soufer. Enn ta fwa linn bat mwa, monn exkiz li. Mé sakout-la non...»

Sa mère est à ses côtés pour la soutenir dans cette épreuve. Si elle se bat, c’est aussi et surtout pour ses enfants. Dont sa fille, âgée de 3 ans et demi. «Mo déziem enn garson, li éna 1 an. Mo mama pé al ar mwa partou… » répète-t-elle, comme pour se rassurer.

Et puis, d’un geste tendre, elle pose la main sur son ventre gonflé… L’enfant qui va naître, elle l’attend avec impatience et joie, malgré le calvaire, même si… «Mo pa pou kapav pardonn papa-la. Dépi monn maryé mo pé soufer. Enn ta fwa linn bat mwa, monn exkiz li. Mé sakoutla non», lâche-t-elle avec détermination, comme pour se convaincre elle-même.

Pourtant, comme souvent, l’histoire a commencé comme un conte de fées. Karishma raconte qu’elle est tombée amoureuse de Kavi, alors qu’ils habitaient tous deux à Cluny. «Li ti res pré kot mo mama. Avan nou maryé, so fami pa ti kontan mé kan monn ansint, bann-la inn oblizé aksepté», raconte-elle.

«Li anferm mwa»

Néanmoins, malgré le mariage, les relations n’étaient toujours pas au beau fixe avec ses beaux-parents. «Mo misié inn kontigné res ar so papa mama mem. Bann-la ti pé lager ar mwa ek maltret mwa. Enn ta fwa, li ek so mama, zot trap mwa baté, zet mo bann linz lor simé…» Kavi, affirme-t-elle, se montrait également très possessif envers elle. «Dan lakaz, mo bizin riss rido, pa gagn drwa sorti al kit plas ni koz ar dimounn. Li anferm mwa.»

Par ailleurs, poursuit Karishma, depuis qu’elle s’est mariée, ni ses parents, ni ses frères et soeurs n’ont pu lui rendre visite. «Kan mo tifi gagn baté, li sonn mwa, ek kan nou al laba bann-la pous nou, maltret nou, tir boutey tou pou bat nou», soutient la maman de la jeune femme. Et de rappeler dans la foulée qu’elle ne voulait pas que sa fille épouse Kavi. «Mé mo tifi inn persisté inn maryé», lance-telle d’un air triste.

Et puis, en ce samedi fatidique, Kavi serait rentré à la maison ivre. «Comme à chaque fois qu’il est dans cet état, il cherche des ennuis, il trouve des prétextes pour m’insulter ou me frapper», souligne Karishma. «Sa zour-la, ver 3 er parla, linn koumans diskité ek linn tap mwa enn kou. Apré enn ti moman, linn kalmé. Linn dir mwa nou al Rose-Belle pou pran rasion.»

«Monn tro pardonn li»

Mais durant la soirée, Kavi aurait recommencé à l’insulter. «Ek lorla so mama tou inn koumans zour mwa bat mwa. Mo belmer inn mem met ledwa dan mo lizié ek li ti pé dir li pou ras li. Lerla monn oblizé mord so lamé.»

Kavi lui aurait alors infligé plusieurs coups de poing au visage et des coups de pied aux reins. «Ti pé gagn extra douler. Aswar monn fer sanblan monn al twalet ek monn sové monn al kot mo mama», raconte la jeune femme. Sa maman est tombée des nues en voyant l’état de sa fille. «Ti ver minwi kan linn rant kot mwa, li pa ti pé kapav dibout mem, so linz tou ti fini désiré lor li. Monn amenn li lopital», confie-t-elle, en larmes.

Depuis, Karishma habite chez ses parents, avec ses deux enfants. «Aster mo pa pou kapav rétourn ar mo misié. Monn tro pardonn li. Mo bann frer mem inn plin ar mo bann problem. Zot dir tou kou mo ploré apré mo exkiz li. Mo pou galoup partou kot bizin mé mo pa pou rétourn ar li…»

Le père du mari: «Mo garson abitié bat kalot mé…»

Padooman Pirthy est catégorique. «Belfi lamem kinn infliz-li sa bann blésir-la…» Il affirme que sa femme et son fils n’ont rien à voir avec tout ça et nie en bloc les accusations faites par Karishma à leur encontre. «Mo garson abitié bat li kalot, mé zamé sa kalité batéla… », affirme l’habitant de Cluny. Et les «kalot», il trouve ça normal ? Et de partir dans une explication autour des disputes habituelles dans tous les couples…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires