Commission drogue: les menaces de mort n’influencent pas les travaux

Avec le soutien de
Paul Lam Shang Leen (à g.) et Hector Tuyau continuent leur travail à la commission drogue, sans se soucier de la menace qui pèse sur eux.

Paul Lam Shang Leen (à g.) et Hector Tuyau continuent leur travail à la commission drogue, sans se soucier de la menace qui pèse sur eux.

Que la tête de Paul Lam Shang Leen et celle d’Hector Tuyau aient été mises à prix, cela ne risque aucunement d’empiéter sur les travaux de la commission d’enquête sur la drogue. Et ce n’est pas parce qu’un paiement important aurait été effectué, la semaine dernière, pour éliminer l’ancien juge et l'assistant surintendant de police qu’un vent de panique devrait souffler sur l’instance, avance un proche du dossier.

En effet, selon nos recoupements, les membres de la commission d’enquête demeurent «imperturbables» face à la situation. «Ce n’est pas la première fois que ce genre de menace est  lancé», indique-t-il. Avant d’ajouter que les trafiquants de drogue commencent même à paniquer avec la tournure que prennent les événements. «Zot pa pé rési exzékit zot bann plan», lâche-t-il.

Par ailleurs, l’enquête commencée pour faire la lumière sur ces menaces devrait également déterminer s’il y a un lien avec le nouveau déballage de Navind Kistnah aux enquêteurs de l’Anti- Drug and Smuggling Unit (ADSU). En effet, une rencontre Kistnah-ADSU a eu lieu la semaine dernière.

Le suspect nº1 dans l’enquête sur l’importation des 157 kilos d’héroïne aurait donné de nouveaux éléments sur le réseau de Peroomal Veeren. Ce dernier avait pourtant épargné Navind Kistnah lors de son audition devant la commission d’enquête sur la drogue.

Autre chose qui n’empêchera en aucun cas Paul Lam Shang Leen et consorts de faire leur travail : la stratégie «waste of time» utilisée par Raouf Gulbul lors de ses deux auditions. «Les membres de la commission ne le laisseront pas s’en tirer sans des explications concrètes», déclare notre source.

600 policiers intéressent l’ADSU

Des enquêtes internes menées par l’Intelligence Unit de la police ont retenu les noms de 600 policiers (sur les quelque 12 500 membres de la force policière), qui seraient impliqués dans le trafic de drogue. Une enquête plus poussée de l’ADSU vise à confirmer les soupçons portés contre ces membres des forces de l’ordre. Très peu d’informations additionnelles ont filtré à ce stade. Le commissaire de police, Mario Nobin, est, quant à lui, resté injoignable pour un commentaire. Notons que la semaine dernière, un policier affecté au poste de police de Camp-Levieux a été suspendu de ses fonctions pour  implication dans une affaire de trafic de drogue.

Publicité
Publicité

Les allégations du caïd Peroomal Veeren ont provoqué une onde de choc. Les auditions du Premier ministre, Pravind Jugnauth, de l’avocat Raouf Gulbul ou encore du témoin-clé dans la saisie record de drogue, Navind Kistnah, devant la commission d’enquête sur la drogue sont attendues avec impatience. Entre-temps, retour sur les précédentes auditions…

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires