Journée mondiale - La polio: elle persiste encore dans trois pays

Avec le soutien de
Le traitement peut être injecté ou ingéré.

Le traitement peut être injecté ou ingéré.

La Journée mondiale de lutte contre la polio était le 24 octobre. Le point sur ce mal qui n’a plus cours à Maurice mais qui persiste encore dans trois pays.

C’est quoi la polio ?

La poliomyélite, couramment appelée polio, est une maladie virale causée par le poliovirus. Ce virus, très contagieux, attaque le système nerveux central et peut provoquer une paralysie définitive en quelques heures seulement. La poliomyélite affecte plus particulièrement les enfants de moins de cinq ans. Le virus se transmet par voie orofécale.

Une fois que le virus entre par la bouche, il se développe dans les intestins. Il touche ensuite la moelle épinière ou le tronc cérébral et peut provoquer des lésions irréparables.

Quels sont les symptômes ?

Selon le site Passeport Santé, neuf des dix personnes infectées par la polio sont asymptomatiques, c’est à-dire, qu’elles ne présentent aucun symptôme. Certains souffrent même d’une polio sans paralysie. Toutefois, lors de l’apparition des symptômes, le début de la maladie est brutal avec de la fièvre, des maux de tête et un sentiment général de malaise. Une raideur au niveau du cou, et des douleurs de dos sont courantes. Chez certains patients, la maladie ne progresse pas davantage.

Ceux atteints de polio avec paralysie présentent les mêmes symptômes mais en développent rapidement d’autres. Ils sont caractérisés par des douleurs musculaires sévères et des spasmes, une perte des réflexes, une paralysie flasque des membres et parfois asymétriques. Tout cela est causé par la destruction des neurones moteurs. La paralysie peut apparaître de façon brutale et peut être permanente dans un cas sur 200, toujours selon le site Passeport Santé.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), entre 5 et 10 % des personnes qui contractent une poliomyélite meurent des suites d’une paralysie des muscles respiratoires.

Traitement et vaccins

La poliomyélite n’a pas de traitement, le seul moyen de prévention étant de s’immuniser par la vaccination, qui peut être réalisée par injection sous-cutanée ou par ingestion.

Le vaccin est administré en trois doses. Il est donné aux nourrissons de deux mois à intervalles à être déterminés.

En déclin mais pas éradiqué

Dans les années 50, la polio était l’un des plus terribles fléaux de l’enfance. La poliomyélite touchait plus de 600 000 enfants annuellement.

En 1988, la 41e assemblée mondiale de la santé, qui réunissait alors les délégués de 166 États membres, a lancé une initiative mondiale en vue d’éradiquer la poliomyélite avant la fin de l’an 2000.

À ce titre, l’Initiative Mondiale pour l’Eradication de la Poliomyélite (IMEP) est née sous la direction des gouvernements nationaux, de l’OMS, du Rotary International, des Centres for Disease Control and Prevention (CDC), des États-Unis et de l’UNICEF. Des fonds privés, comme la Fondation Bill & Melinda Gates, ont également permis de soutenir cette initiative visant à vacciner tous les enfants contre la poliomyélite.

Grâce aux actions de vaccination menées à travers le monde, les cas de polio ont nettement chuté. Leur nombre est passé de 350 000 cas en 1988, à 1625 cas en 2008 et à 650 en 2011. Désormais seuls l’Afghanistan, le Nigeria et le Pakistan sont des pays où la polio persiste.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires