Air Mauritius: «Nou dir gouvernman aret badiné», lance Paul Bérenger

Avec le soutien de
Lors de sa conférence de presse, samedi 29 octobre, Paul Bérenger a estimé qu’une situation malsaine perdure au sein de la compagnie d’aviation nationale.

Lors de sa conférence de presse, samedi 29 octobre, Paul Bérenger a estimé qu’une situation malsaine perdure au sein de la compagnie d’aviation nationale.

«Nous tournons en rond.» Et pour Paul Bérenger, ce qui se passe actuellement à Air Mauritius est «mauvais». C’est ce qu’a déclaré le leader du MMM, hier, samedi 28 octobre, lors de sa conférence de presse hebdomadaire. «Nou dir gouvernman aret badiné», a-t-il martelé.

Paul Bérenger fait remarquer qu’à ce jour, les commandants Patrick Hofman et Bain Ulyate n’ont toujours pas été réintégrés. Leur contrat a été résilié au lendemain d’une «grève déguisée», le jeudi 5 octobre.

Le lundi 23 octobre, la direction d’Air Mauritius a mis sur pied un comité ad hoc qui «étudiera la question». Comité qui sera présidé par Me Patrice Doger de Spéville, Senior Counsel. Pourtant, les commandants belge et sud-africain ont remis leur lettre d’appel le lundi 16 octobre.

Qui plus est, trois pilotes ont soumis leur lettre de démission dans le courant du mois. Ils sont Loïs Callebert, Alexandre Morleghem et François Chapon. Toutefois, par le biais d’un communiqué, vendredi 23 octobre, la direction d’Air Mauritius a fait remarquer que «cette année, nous avons recruté 31 pilotes, alors que 11 sont partis ou sont en instance de départ»

Tout cela fait dire à Paul Bérenger qu’une situation malsaine perdure à Air Mauritius. Il faut, insiste le leader du MMM, que les autorités permettent à la compagnie d’aviation nationale de prendre «un nouvel envol».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires