Mouvement patriotique: la présidente de l’aile féminine claque la porte du parti

Avec le soutien de
(De g. à dr.) Saloni Bungsraz et Karuna Banymandhub. Elles reprochent à la direction de n’avoir pas pris position contre un membre du MP.

(De g. à dr.) Saloni Bungsraz et Karuna Banymandhub. Elles reprochent à la direction de n’avoir pas pris position contre un membre du MP.

Karuna Banymandhub, présidente de l’aile féminine, et Saloni Bungsraz, assistante secrétaire, du Mouvement Patriotique (MP), ont claqué la porte du parti, hier, mercredi 25 octobre. Elles reprochent à la direction de n’avoir pas pris position contre un membre du MP qui aurait tenu des propos controversés dans un groupe privé sur WhatsApp à l’égard d’une femme membre.

Interrogée par l’express, hier, Karuna Banymandhub a déclaré qu’elle a décidé de prendre ses dis- tances après avoir lu les commentaires dégradants sur ce groupe WhatsApp. Elle rappelle que le parti avait pris position lorsque le député Ravi Rutnah avait traité une femme journaliste de «femel lisien» et également lorsque le vice-Premier ministre, Showkutally Soodhun, avait demandé à une femme de quitter une réunion.

«Maintenant, je ne vais pas accepter qu’au sein même du MP, on critique la femme», a déclaré Karuna Banymandhub. Elle précise que sa démission n’est en aucune façon liée à son opposition à la candidature de Tania Diolle pour le MP dans la circonscription n°18 (Belle-Rose–Quatre-Bornes). Notre interlocutrice a été candidate du Parti travailliste aux élections municipales de 2012, au ward 5 de Beau-Bassin–Rose-Hill.

Saloni Bungsraz a, elle, déclaré à l’express qu’elle démissionne pour les mêmes raisons évoquées par la présidente de l’aile féminine. «Lorsque j’ai adhéré au MP, je croyais qu’on allait pratiquer une politique de zéro tolérance en termes de critiques à l’égard des femmes. Je me sens définitivement mal à l’aise au sein du parti», dit-elle.

Elle devait déclarer qu’elle comprend mieux maintenant pourquoi Lysie Ribot, Joe Lesjongard, Kavi Ramano et Raffick Sorefan ont claqué la porte du MP. Saloni Bungzraz confie qu’elle ne sait pas encore si elle rejoindra un autre parti politique. «Seul l’avenir nous le dira», fait-elle ressortir.

Interrogé, hier, à propos de ces démissions, Atma Bumma, secrétaire général du parti, a déclaré que l’incident dont font mention les deux démissionnaires n’a pas eu lieu au sein d’une instance du parti. De souligner qu’aucun nom n’a été mentionné sur ce groupe WhatsApp.

Selon lui, la démission de la présidente de l’aile féminine est due au fait qu’elle n’était pas d’accord de la position à adopter par le MP au n°18. Nous avons essayé, hier, d’avoir la version des faits du membre qui aurait posté le message sur le groupe WhatsApp. Mais en vain.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires