Pamplemousses: un village qui a la pêche

Avec le soutien de

La première chose qui nous vient à l’esprit à de ce nom : le jardin botanique. Mais ce lieu incontournable, à la fois pour les Mauriciens et les touristes, n’est pas la seule attraction que propose Pamplemousses. Il y a le village aussi, et ces habitants.

Balade improvisée. Oui, le cachet historique que confère le jardin botanique à ces lieux attire les touristes, curieux de connaître la riche histoire de notre île. Le village doit son nom – pas de surprise ici – aux pamplemousses, qui poussaient jadis abondamment dans la région. Héritage des Hollandais, qui avaient démarré la culture de pomelos… Il en poussait pratiquement partout lorsque les Français prirent possession de l’île.

C’est pendant cette période que s’est écrit une des plus importantes pages de l’histoire de Pamplemousses. Mahé de La Bourdonnais, gouverneur français, y fit l’acquisition de terres et sema, en 1735, les graines de ce qui allait devenir plus tard le Jardin de Pamplemousses.

L’histoire raconte que ce serait Mahé de La Bourdonnais qui fit construire le château «initial», sa résidence, baptisée Mon Plaisir, dans la cour du jardin. Le Château de Mon Plaisir, dans sa version «actuelle», est l’œuvre des Anglais et a été construit en 1823.

Plusieurs noms d’illustres personnages sont rattachés à cette résidence, qui est aujourd’hui classée patrimoine national. Dont celui de Pierre Poivre, qui «cultiva» le Jardin de Pamplemousses dès 1767.

Pendant longtemps, le jardin s’est classé parmi les meilleurs au niveau mondial grâce à ses plantes indigènes, son bassin de nénuphars géants et son talipot, entre autres.

Mais aujourd’hui, il a perdu de sa splendeur d’antan. Les autorités s’attellent à y remédier.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires