Tania Diolle: «Je suis dans la course pour gagner»

Avec le soutien de
Tania Diolle est la candidate du Mouvement patriotique à l’élection partielle qui se tiendra le 17 décembre.

Tania Diolle est la candidate du Mouvement patriotique à l’élection partielle qui se tiendra le 17 décembre.

Vous avez quitté votre poste de chargée de cours à l’université pour participer à l’élection partielle de Belle-Rose–Quatre-Bornes. Pourquoi ?
Je suis dans la course pour gagner. Cela fait un moment déjà que je veux m’engager. Le Mouvement patriotique (MP) m’a approchée et les dirigeants m’ont dit qu’ils suivent mon parcours et qu’ils croient en moi.

En même temps, comme beaucoup de Mauriciens, je suis fatiguée de l’actualité politique et il y a énormément de problèmes qui doivent devenir la priorité des députés du n°18. Les fléaux n’arrêtent pas de croître face à l’inaction des habitants et des autorités. Il est temps de fédérer les forces de la région pour s’attaquer à ces problèmes avant que les choses ne soient irréversibles.

Pourquoi avoir choisi le MP ?
Je connais l’espace que le parti accorde aux nouvelles idées et aussi à la construction de quelque chose de nouveau. Le fait que le MP soit un jeune parti implique qu’il n’y a pas d’establishment politique. C’est une opportunité pour n’importe quel jeune de faire partie de la création d’une chose nouvelle. La majorité des membres du bureau politique du MP sont des jeunes.

L’autre avantage est que parmi les dirigeants se trouvent des gens qui ont l’esprit ouvert et qui ont toujours pratiqué une politique de proximité. J’apprécie aussi l’approche constructive du MP au sein du Parlement, soit ses prises de positions et sa contribution au grand débat.

Vendredi matin, vous n’étiez pas intéressée par un ticket. Moins de 24 heures après, vous avez changé d’avis. Que s’est-il passé ?
Le soutien de mes voisins et des amis de la région m’a motivée.

Vous êtes la seconde femme candidate à l’élection partielle. Le MP tente-t-il de rivaliser avec le MMM, qui a choisi Nita Jaddoo ?
Si la stratégie électorale du MMM se résume à présenter une femme candidate, alors là, je lui souhaite bonne chance. Cependant, je ne peux attendre que le MMM ne présente pas de candidate pour me présenter, moi, à une élection. Je suis une habitante de Quatre-Bornes et j’ai toute la légitimité qu’il faut pour être candidate.

Pensez-vous que l’opposition aurait dû présenter un unique candidat ?
Si le gouvernement présente un candidat, je pense qu’il faudra le faire. Malheureusement quand le MP a fait cette proposition, les autres partis de l’opposition étaient contre et certains ont même demandé au MP d’arrêter de demander une candidature unique de l’opposition.

De nombreux candidats sont en lice. Avez-vous peur d’Arvin Boolell, par exemple ?
Je suis consciente du travail qu’il faut abattre mais je sais aussi que c’est une grande opportunité pour une outsider de faire ses preuves. Je suis prête à relever le défi. Arvin Boolell est quelqu’un que j’apprécie, donc je n’ai pas peur de lui. Je le respecte.

Si vous êtes élue, que comptez-vous faire pour les Quatrebornais ?
Je pense organiser la circonscription de façon à m’assurer que les habitants soient consultés sur les projets de loi, les motions mais sur aussi les Parliamentary Questions qui seront proposées au Parlement. Le n°18 est une pépinière de talents, vous seriez étonnée de connaître la créativité des habitants et leurs différentes expertises.

Le Metro Express étant la raison de cette partielle, quelle est votre position sur ce projet ?
Je ne suis pas une fan de métro. Je pense qu’il y a d’autres méthodes pour décongestionner les routes. Étant donné que le projet a déjà débuté, la seule chose qu’il reste à faire est de s’assurer que sa mise en oeuvre à Quatre-Bornes se fasse en respectant la dignité de ses habitants.

Que pensez-vous de la performance des femmes parlementaires ?
Je pense qu’elles font aussi bien que leurs collègues hommes. Je ne vois pas de grande différence dans la performance.

Quel genre de députée seriez-vous, en cas de victoire ?
Je serai une députée de proximité tout comme j’ai été une conseillère municipale de proximité dans le passé. Je serai à l’écoute mais surtout je crois beaucoup dans la consultation et dans le travail collectif. Je souhaite fédérer les différentes forces du n°18 pour améliorer notre qualité de vie.

Un avis sur le comportement des hommes parlementaires, notamment Ravi Rutnah et Showkutally Soodhun ?
Alors là ! Je me suis beaucoup exprimée sur ces deux-là. Ce genre de politiciens m’a beaucoup fait réfléchir avant de m’engager.

En cas de défaite, que feriez-vous ?
Je continuerai mon engagement dans le n°18 et avec le régional du MP. On fera avancer la voix des habitants par nos deux députés.

Publicité
Publicité

Roshi Bhadain a finalement mis sa menace à exécution ce vendredi 23 juin. Vers 18 h 30, la nouvelle de sa démission se répandait comme une traînée de poudre. Retour sur cette démission diversement commentée.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires