Assemblée nationale: L’opposition réclame d’amender les règlements

Avec le soutien de
 La rentrée parlementaire aura lieu le 24 octobre. Les membres de l’opposition réclament une répartition équilibrée du «Question Time».

La rentrée parlementaire aura lieu le 24 octobre. Les membres de l’opposition réclament une répartition équilibrée du «Question Time».

La minorité fait cause commune. La rentrée parlementaire a lieu le 24 octobre. À quelques semaines de l’échéance, l’opposition propose que les standing orders, ou règlements intérieurs de l’Assemblée nationale, soient revus. Cela, pour permettre aux élus de poser un maximum de questions aux ministres et au Premier ministre.

Cette démarche fait suite à des appréhensions qui gagnent le camp de l’opposition. Elle est persuadée que les back- benchers du gouvernement feront tout pour monopoliser le Question Time. Une stratégie afin que les ministres n’aient pas à subir les questions embarrassantes de l’opposition.

D’ailleurs, Rajesh Bhagwan, l’ancien Whip de l’opposition et responsable de l’équipe du Mouvement militant mauricien (MMM) à l’Assemblée nationale, rappelle que Sudesh Rughoobur et Bashir Jahangeer ont envoyé des questions parlementaires pour au moins quatre séances. «Les questions des députés de l’opposition seront prises à la fin des travaux parlementaires, mais si le temps alloué aux questions est écoulé, il faudra attendre plusieurs mois pour les aborder de nouveau», rappelle-t-il.

De plus, Rajesh Bhagwan conteste le temps consacré aux questions adressées au Premier ministre. En effet, les députés ne disposent que de 30 minutes pour cette séance questions-réponses. «Lors des précédentes sessions parlementaires, ce sont les députés du gouvernement qui ont monopolisé le Prime Minister’s Question Time. Les 30 minutes sont insuffisantes d’autant que Pravind Jugnauth est aussi le ministre des Finances et responsable de la National Development Unit», avance le membre du MMM.

Par ailleurs, le chef de file du Parti travailliste (PTr) au Parlement, Shakeel Mohamed, affirme que ce sujet a été abordé avec la Speaker, Maya Hanoomanjee. «Les membres du gouvernement ont trouvé une stratégie pour esquiver les questions de l’opposition. Depuis que j’étais ministre, j’ai réclamé des amendements», précise-t-il. Toutefois, le député rouge reconnaît que le PTr, alors qu’il était au pouvoir, n’a rien fait pour changer les règlements. «Nous sommes à blâmer également», reconnaît-il.

Du côté du Parti mauricien social démocrate,un cadre de ce parti affirme que Dan Baboo, le Whip de l’opposition, a pris rendez-vous avec la Speaker. Un des sujets qui sera abordé est justement les amendements aux standing orders.

Devant la démarche de l’opposition, Maya Hanoomanjee a déclaré à l’express qu’elle ne fait pas la sourde oreille. «Il ne revient pas qu’à moi pour faire des amendements aux règlements. Je reconnais qu’avec le temps, tout change. C’est à considérer», répond-elle.

Unanimité pour une motion de blâme contre Tarolah

Le député rouge Shakeel Mohamed adhère à la proposition du leader du MMM, Paul Bérenger. Ce dernier a proposé que la responsabilité de déposer une motion de blâme contre le député de la majorité Kalyan Tarolah revient au leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval. «Si ce dernier n’est pas d’accord, alors, je le ferai», précise cependant Shakeel Mohamed.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires