Partielle au n°18: le candidat du MP connu le mercredi 4 octobre

Avec le soutien de
Sudesh Roopun ,Atma Bumma, Tania Diolle sont les candidats potentiels du MP. 

Sudesh Roopun ,Atma Bumma, Tania Diolle sont les candidats potentiels du MP. 

Qui remportera le ticket ? Pour le savoir, rendez-vous est pris, le mercredi 4 octobre. Le Mouvement patriotique (MP) présentera bel et bien un candidat à l’élection partielle dans la circonscription n°18, Belle-Rose–Quatre-Bornes. En lice, trois candidats : l’ancien Deputy Speaker Sudesh Roopun ; le secrétaire général du parti, Atma Bumma ; et Tania Diolle, chargée de cours à l’université de Maurice (UoM).

Un développement que Paul Bérenger voit d’un mauvais œil. Selon le leader des Mauves, en alignant un candidat, le MP veut grignoter des votes dans l’électorat du MMM. Et, ainsi, faire le jeu du PTr.

La candidate Tania Diolle serait le premier choix du MP. Toutefois, elle fait face à un dilemme car son poste de chargée de cours est en jeu. En effet, un employé de l’UoM doit obligatoirement démissionner pour se porter candidat à une élection.

Swaley Kasenally, ancien chargé de cours et ancien ministre de l’Énergie, rappelle qu’il faisait partie des premiers chargés de cours qui avaient officiellement participé à la politique active en 1976. «À l’époque, il n’y avait pas de règlements qui nous empêchaient de le faire. Par la suite, l’université a passé une résolution exigeant que nous retirions notre candidature. Mais nous sommes quand même allés de l’avant.»

Swaley Kasenally déclare que les élections de 1976 ont changé la donne. «Un chargé de cours peut afficher sa couleur politique ou être membre d’un parti politique sans problème. Mais désormais, il faut démissionner avant de poser sa candidature à des élections partielles ou générales.»

Il ajoute qu’il n’y a pas de congé sans solde. «Tania Diolle n’aura pas d’autre choix que de démissionner si elle est candidate aux élections partielles, faute de quoi l’université lui demandera de le faire.»

Publicité
Publicité

Roshi Bhadain a finalement mis sa menace à exécution ce vendredi 23 juin. Vers 18 h 30, la nouvelle de sa démission se répandait comme une traînée de poudre. Retour sur cette démission diversement commentée.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires