Sinatambou sur le St-Géran : «Tout se passe dans le respect de l’environnement»

Avec le soutien de
Le porte-parole du gouvernement, Étienne Sinatambou, intervenant lors de sa conférence de presse le samedi 30 septembre.

Le porte-parole du gouvernement, Étienne Sinatambou, intervenant lors de sa conférence de presse le samedi 30 septembre.

«Pour moi les choses se font correctement.» Déclaration du ministre de l’Environnement et de la sécurité sociale, Étienne Sinatambou, en référence à la question de pollution causée par les travaux de l’hôtel St-Géran, à Poste-de-Flacq. Le ministre, également porte-parole du gouvernement, intervenait lors d’une conférence de presse organisée le samedi 30 septembre, à Port-Louis.

Ayant à ses côtés ses collègues Mahen Jhugroo et Roubina Jadoo-Jaunbocus, Étienne Sinatambou a aussi tenu à répondre au propos du leader du Mouvement militant mauricien, Paul Bérenger, le 23 septembre, sur l’interférence du vice-Premier ministre Showkutally Soodhun pour faire enlever trois brise lames et construire un récif artificiel. «C’est un mensonge. Je peux vous assurer qu’il n’y a aucune interférence extérieure dans mon ministère.»

Le ministre de l’Environnement a aussi ajouté que les travaux sont analysés de près par un Monitoring Committee. «Suite à ma visite, je peux vous affirmer qu’il n’y a aucun dérapage. Tout se passe dans le respect de l’environnement.» Il a annoncé qu’une rencontre se tiendra dans la semaine du lundi 2 octobre, avec les représentants concernés, pour clarifier les points en suspens.

Autre sujet abordé par le porte-parole du gouvernement, la Negative Income Tax. Il affirme que le paiement se fera sur une base trimestrielle au lieu de semestrielle. Au lieu du mois de janvier 2018, la mesure budgétaire prendra effet le 30 novembre 2017. D’ajouter que le paiement touchera 150 000 employés à plein temps, recevant un salaire de moins de Rs10 000 mensuellement.

Étienne Sinatambou est aussi revenu sur la décision de la Cour suprême sur le Metro Express. «Le gouvernement a agi selon la loi.» Il qualifie les épisodes de Barkly et de La Butte de «tentative de récupération politique par l’opposition, prête à tout pour déstabiliser le pays». Interrogé sur l’affaire Tarolah, il n’a pas souhaité la commenter, affirmant que le PPS n’était pas présent au bureau politique du MSM ce samedi. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires