Xavier-Luc Duval : «Le peuple ressent un sentiment de dégoût face au gouvernement»

Avec le soutien de
Le leader des bleus, entouré des membres du PMSD, face à la presse le samedi 30 septembre.

Le leader des Bleus, entouré des membres du PMSD, face à la presse, le samedi 30 septembre.

«Li ti bizin fini ofer so démision.» Le leader du Parti mauricien social-démocrate (PMSD) commentait, face à la presse, le récent scandale impliquant le secrétaire parlementaire privé (PPS) Kalyan Tarolah. Le chef des Bleus était au quartier général du PMSD, à Cassis, le samedi 30 septembre. Selon lui, la population est fatiguée avec tous les scandales qui font surface au quotidien. «Ena enn santiman dégou fas ar sa gouvernman-la». D’ajouter que c’est aussi un gouvernent de tous les vices.  

Le leader de l’opposition est convaincu que le Premier ministre n’aura pas le courage politique pour révoquer le PPS Tarolah, même si ce dernier a sali la réputation du gouvernement. Selon Xavier-Luc Duval, Kalyan Tarolah ainsi que Ravi Rutnah, Showkutally Soodhun ou encore Sudhir Sesungkur n’ont pas leur place dans la politique.

Le leader de l’opposition s’est aussi prononcé sur la campagne dans la circonscription nº18, expliquant qu’il est confiant que le PMSD en sortira gagnant «mem si gouvernman met kandida ou pa». Car leur candidat, affirme-t-il, est «jeune, moderne et le pays a besoin d’un nouveau type de politicien». 

Concernant le scandale bet365, il explique que dans tous les cas, Ravi Yerrigadoo aurait dû partir. Xavier-Luc Duval avance que Pravind Jugnauth a pris la décision de faire l’ancien Attorney General «step down» car «il a une dent contre Ravi Yerrigadoo et contre Nando Bodha». Cela, parce que ces derniers soutenaient à un moment donné Roshi Badhain quand ce dernier était au gouvernement.

En ce qui concerne l’arrestation des trois journalistes du groupe La Sentinelle, il condamne «sévèrement le fait que la police soit associée au gouvernement à Maurice». Xavier-Luc Duval fait un appel au commissaire de police, Mario Nobin, pour qu’il se ressaisisse. 

«Malgré le dégout profond pour le gouvernement, nous avons la confirmation qu’il y a un rapprochement entre le MSM et le MMM.» Ce qui serait troublant pour l’opposition car le pays «bizin enn lopozision for». D’ajouter que c’est là un signe de désespoir de la part du MMM.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires