Parapente : Vivre le rêve d’Icare

Avec le soutien de

Entre mer et montagne, le parapente permet de voler et de découvrir un décor exceptionnel. Ceux qui y ont goûté n’ont qu’une envie : recommencer.

Le parapente est une activité encore méconnue à Maurice. Hans Joachim de Paragliding Mauritus est un passionné qui compte des milliers d’heures de vol à son actif. À Maurice depuis plus de vingt ans, il invite les Mauriciens et les étrangers de passage dans l’île à vivre le rêve d’Icare. Toujours animé par la passion du vol et par l’envie du partage, il accompagne les premiers battements d’ailes des amateurs.

«Maurice se prête admirablement à de nombreuses activités de glisse. Depuis dix ans, j’y pratique le parapente et le kitesurf. Aujourd’hui, je partage avec les gens les moments inoubliables que procure le parapente en ‘soaring’ ou thermique sur différents sites aux paysages époustouflants», confie Hans Joachim, qui soit-dit en passant, est le seul moniteur sur l’île à proposer des vols en parapente en biplace. Cette activité se pratique en bord de mer ou sur le sommet des montagnes, à l’instar de Montagne-Longue, du Corps de Garde, du Pouce et de la Tourelle. Le site le plus connu reste la Montagne-Longue. Toutefois, cette activité requiert de bonnes conditions météorologiques.

Le parapente est un sport aérien et bien que le profil d’un parapente ressemble de loin à un parachute, son fonctionnement et son utilisation diffèrent. Un parachute sert à ralentir une chute et à atterrir. Un parapente permet de se maintenir en l’air et de voler. Le parapente est constitué d’une aile qui produit une force de sustentation (la portance) lors d’un déplacement horizontal dans l’air tout comme le fait un planeur. Ainsi, on ne saute pas avec un parapente, le décollage s’obtient en courant le long d’une pente. La course d’envol gonfle la voile d’air qui prend ainsi la forme d’une aile. Lorsque la portance devient suffisante, on quitte le sol et on vole.

Utiliser les courants d’air

Ainsi, le principe pour rester le plus longtemps en l’air est d’utiliser les courants d’air ascendants qui se produisent de façon dynamique sur les pentes des reliefs ou bien des ascendances thermiques (air plus chaud qui monte). Un parapente se dirige de manière simple et précise et peut atterrir sur les plus petites surfaces. L’atterrissage se passe sans brutalité, quelques pas suffisent pour s’arrêter en douceur.

Hans Joachim propose ainsi des vols en parapente en biplace au départ de plusieurs sites en fonction de la météo. La durée et l’itinéraire varient selon les envies. Pour les vols accompagnés, Hans Joachim propose plusieurs sites du plus facile d’accès aux sites sauvages avec marche d’approche. Les initiations et cours de parapente se font, quant à elles, sur demande sur un terrain en herbe. Des ailes de différentes tailles et niveaux sont également mis à la disposition des amateurs.


‘Soaring’ et vol thermique

Le vol dynamique (soaring) ou vol en pente consiste à utiliser le vent lorsqu’il rencontre un relief (falaise, montagne…). Face à cet obstacle, le vent prend une trajectoire à composante verticale pour le surmonter et crée une zone ascendante dans laquelle les parapentes peuvent monter. Le vol thermique consiste à utiliser des courants d’air ascendants (appelés ‘thermiques’, ‘ascendances’, ‘pompes’ ou ‘bulles’) pour monter.

Combien ça coûte ?

Un vol tandem à Montagne-Longue coûte environ Rs 4 000 la demi-heure. Les cours en parapente coûtent environ Rs 1 000 pour une heure. Ceux qui rêvent de voler peuvent prendre contact avec Paragliding Mauritius sur le 5852 81 61 ou sur Facebook.  

Reportage : Eve Fidèle

Crédit photo : Paragliding Mauritus

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires