Raise Brave Girls : Ameegah Paul expose sa vie en exemple

Avec le soutien de
Depuis toute petite déjà, Ameegah Paul a dû se battre pour aller à l’école.

Depuis toute petite déjà, Ameegah Paul a dû se battre pour aller à l’école.

Elle est de celles qui ont choisi de voir la vie du bon côté. Née avec un handicap moteur, la jeune femme de 18 ans a redoublé d’efforts pour réaliser ses rêves.

Des rêves, elle en a plein la tête. Elle veut devenir expert-comptable. Elle est artiste. Elle fait du travail social. Elle, c’est Ameegah Paul. Son histoire a figuré parmi celles qui ont été exposées, samedi dernier, à Vacoas, lors de l’exposition du groupe «Raise Brave Girls». 

«Ce sont des pages où chaque jeune fille, avec un handicap ou pas, raconte son histoire et les obstacles surmontés afin de vivre la vie qu’elle souhaite», confie Ameegah Paul. En effet, la jeune femme de 18 ans n’a pas usage de tout le côté droit de son corps depuis sa naissance. Positive jusqu’au bout des doigts, elle n’a toutefois pas laissé ce handicap la freiner. Et c’est avec sourire et détermination qu’elle avance et fait face aux épreuves que la vie lui impose. 

Depuis toute petite déjà, Ameegah Paul a dû se battre pour aller à l’école. Cela n’a pas été une mince affaire, mais elle a pu compléter son cycle secondaire au Keats College de Chemin-Grenier. Et entame, en ce moment, des cours d’ACCA. «Mon rêve est de devenir expert-comptable», confie l’habitante de Surinam. 

Passionnée de dessin et de peinture 

Entre-temps, elle poursuit son autre passion : le dessin et la peinture. «Je dessine et je peins seulement avec ma main gauche.» C’est ce qui l’a forcée à abandonner cette filière au collège. «Un enseignant m’avait clairement fait comprendre que je ne pouvais pas continuer avec cette matière en Form 3. J’étais très déçue car j’aimais l’art mais je n’avais pas le choix», se souvient-elle. 

Bien qu’elle ne suive pas les classes de dessins à l’école, Ameegah Paul ne quittera pas ses pinceaux et ses tubes de peinture pour autant. Et elle aura bien raison. Elle participera bientôt à la finale d’un concours de peinture organisé par un centre de jeunesse et sera candidate au Paratalent Show de la Global Rainbow Foundation dans les jours qui viennent.

Ce n’est pas tout. Ameegah Paul s’implique également dans le social afin d’aider les moins bien lotis qu’elle. «Je fais partie de l’ONG Light of Hope où je suis la seule handicapée et la plus jeune», sourit-elle. La jeune femme accorde, en outre, du temps aux personnes âgées, aux pauvres et à ceux qui vivent dans les hospices. «Ils doivent sentir qu’il y a des gens qui tiennent à eux…»

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires