Isabelle Jeannot et Jade Genier: la dyade mère-fille

Avec le soutien de
Mère et fille partagent la même détermination d’aller jusqu’au bout de leurs rêves.

Mère et fille partagent la même détermination d’aller jusqu’au bout de leurs rêves.

Isabelle Jeannot forme avec sa fille Jade un duo plein de vie. Du haut de ses 1,32 m, Jade fait la fierté de la présidente de la Fédération mauricienne de kick-boxing et discipline assimilée (FMKBDA). Même allure et même regard déterminé. Les deux complices partagent, également, le goût de l’effort.

La passion d’Isabelle Jeannot est bien évidemment le kick-boxing. Mais pour Jade, pas question de croiser les gants. Celle qui fêtera ses 11 ans ce 27 septembre préfère les massues ou encore son cerceau. Vous l’aurez deviné. Jade est gymnaste. «Elle a commencé la gymnastique rythmique alors qu’elle avait 7 ans. Et depuis elle s’applique. Elle ne se plaint jamais. Pourtant, elle compte plusieurs heures d’entraînement par semaine», dit Isabelle Jeannot.

La gymnastique rythmique a permis à Jade de libérer l’artiste qui sommeillait en elle et aussi à canaliser son trop-plein d’énergie. «Petite, elle aimait déjà les acrobaties. Elle grimpait aux arbres et quand j’ai vu l’affiche pour les cours, je me suis tout de suite dit que ça lui plairait», explique Isabelle Jeannot. Un cours chez la Russe Iana de Morelos aura suffi pour convaincre Jade.

La discipline sportive alliant souplesse, grâce et adresse se pratique en musique. La gymnaste manipule plusieurs engins : le cerceau, le ballon, les massues, le ruban et la corde. Les épreuves individuelles ou par équipes permettent l’expression de la féminité. Cette caractéristique, on la retrouve aussi bien chez la mère que chez la fille. «Je suis très féminine et Jade aussi», confie Isabelle Jeannot.

Et pourquoi pas le kick comme maman ? «Je n’aimerai pas prendre des coups au visage», lance Jade, pensive. Bien qu’elle se refuse à monter sur un ring, Jade accompagne souvent sa mère à des compétitions. «Une fois, j’ai vu un garçon sortir du ring avec un œil gonflé comme une mandarine», se rappelle-t-elle en écarquillant les yeux. Ces paroles cacheraient-elles une grande sensibilité ? Isabelle Jeannot acquièsce d’un signe de tête. Mais Jade s’en défendra : «Pour maman et papa (NdlR : Patrick Genier), je suis une petite fille timide mais ce n’est pas tout à fait vrai. Je sais me débrouiller. Je sais comment me faire des amis.»

A cette déclaration, Isabelle Jeannot sourit fièrement : «A travers l’éducation que je lui donne elle devrait être capable de faire ses choix et trouver son propre chemin. Le sport devrait lui apprendre à forger son caractère et à faire face aux difficultés de la vie.» La dirigeante sportive sent qu’elle est sur la bonne voie. «La gymnastique rythmique n’était pas la première discipline que ma fille a testée», raconte Isabelle Jeannot. Jade a aussi pris des cours de natation mais n’a pas voulu aller jusqu’à la compétition. Et ce, bien que maman ait été championne de Maurice du 100m papillon.

«Ça cogite beaucoup dans sa petite tête», explique Isabelle Jeannot. Sa fille a ses propres rêves. «Quand je suis sur scène, j’oublie tout. Je suis à fond dans ce que je fais», dit-elle. «C’est vrai qu’elle ne pense plus à personne quand elle fait son numéro. A la Réunion l’an dernier pour sa première compétition régionale, elle avait démontré une telle assurance. J’étais la première surprise», se souvient Isabelle Jeannot. Un trait que Jade détecte chez sa mère. «Elle aussi quand elle fait ses trucs de boxe, elle est à fond dedans. Elle s’applique dans tout ce qu’elle fait», réplique la gymnaste.

Pour l’instant, la gymnastique rythmique n’est pas encore reconnue au niveau des instances sportives mauriciennes. Mais, Isabelle Jeannot n’empêchera pas sa fille de rêver à des compétitions internationales. «Je serai toujours là pour la soutenir. Mais ce serait bien qu’elle puisse se tester au niveau international. Comme cela, on aura une idée des filles qui pratiquent à Maurice», dit-elle. Par son père, Jade est aussi française. «Mais pour la dernière compétition à la Réunion, on a souligné qu’elle venait de l’île Maurice», souligne Isabelle Jeannot.

Pour la gymnaste, sa passion pour la discipline olympique va au-delà de ces problèmes administratifs. «La gymnastique rythmique, c’est l’alliance de grâce et de force. A chaque essai, je recherche la perfection. C’est cela qui me motive. C’est un challenge personnel», dit-elle. Voilà des qualités qu’elle partage avec maman. Isabelle Jeannot a été, tour à tour, nageuse, kick-boxeuse, juge-arbitre avant de devenir présidente de fédération et membre de la commission féminine de la World Association of Kick-boxing (WAKO). Au fil de son parcours, elle a relevé les défis avec le sourire. Pour elle, les réussites demandent persévérance et effort. Cette philosophie de vie elle est déterminée à la transmettre à sa fille.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires