TIC: création d’un Conseil de l’économie numérique pour rendre employables les diplômés

Avec le soutien de
Le ministre Yogida Sawmynaden envisage une révision du programme académique.

Le ministre Yogida Sawmynaden envisage une révision du programme académique.

Nombre d’entreprises s’inquiètent du manque de main-d’oeuvre qualifiée dans le secteur informatique. Face à cette situation, Yogida Sawmynaden, ministre des Technologies, de la communication et de l’innovation (TCI), a annoncé la mise sur pied d’un Digital Economy Skills Council, axé sur la formation et la recherche. Il intervenait, la semaine dernière, dans le cadre du Policy Forum de l’Amity University.

Le Digital Economy Skills Council fera des recommandations afin que le cursus des universités publiques réponde aux attentes des employeurs du privé. La nouvelle instance réunira des membres de la Mauritius Information Technology Industry Association, de l’Outsourcing and Telecommunication Association of Mauritius, des responsables de l’éducation et des experts. Le ministre des TCI souligne que le conseil veut être une plateforme commune afin d’endiguer ce problème d’inadéquation entre les besoins des entreprises et les diplômés qui ne sont pas employables.

Yogida Sawmynaden explique que le programme académique des formations doit être revu. Il signale, par ailleurs, que la première polytechnique spécialisée dans l’informatique verra le jour à Réduit. Le programme sera axé sur le développement des applications mobiles et les connaissances en réseau informatique. Les étudiants obtiendront leurs diplômes au bout de deux ans d’études spécialisées.

Le ministère des TCI travaillera aussi de concert avec le ministère de l’Éducation pour s’assurer que les cours sont conformes à la demande du marché. Au niveau des cycles primaire et secondaire, le National Computer Board a mis en place un programme de formation pour les écoliers et les collégiens afin qu’ils soient initiés au codage.

Au niveau des études supérieures, le ministre annonce la généralisation de l’immersion professionnelle (job placement) pendant un an durant les études. Cette pratique est courante dans les universités privées. Yogida Sawmynaden déplore que les étudiants soient «trop académiques» ; ceux-ci seront encouragés à montrer leur savoir-faire durant leurs études. Avec l’arrivée de nouveautés technologiques, comme le Big Data et le Blockchain, les diplômés devront pouvoir répondre aux nouveaux besoins des entreprises.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires