Chauffeur accidenté à Montée Lapeyre: «Mo lipié ti kwinsé, mo pa ti pé kapav bouzé…»

Avec le soutien de
L’accident qui s’est produit à Montée Lapeyre, hier matin, les chauffeurs Kevin Nundoo et Vishal Gowrassoo témoignent.

L’accident qui s’est produit à Montée Lapeyre, hier matin, les chauffeurs Kevin Nundoo et Vishal Gowrassoo témoignent.

Qui dit vrai ? Les chauffeurs Kevin Nundoo, 31 ans, et Vishal Gowrassoo, 36 ans, se rejettent la faute, donnant chacun une version des circonstances de l’accident qui s’est produit hier matin à Montée Lapeyre.

8h35 hier matin. Deux autobus se rentrent dedans à Montée Lapeyre, dans le Sud. Dans un premier temps, on craint le pire, le drame de Sorèze étant toujours présent dans les esprits. Le bilan ne sera, heureusement, pas lourd : 17 blessés plus ou moins légers, dont les deux chauffeurs, Kevin Nundoo, 31 ans, et Vishal Gowrassoo, 36 ans. Nous avons rencontré ces deux hommes à l’hôpital Jawaharlal Nehru, Rose-Belle, hier. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils donnent deux versions contradictoires des causes de l’accident…

«Mo’nn pass dan sok. Zamé mo’nn fer aksidan…» Assis dans un fauteuil roulant, portant de multiples blessures aux pieds, aux bras et au ventre, Kevin Nundoo est toujours sous le choc. Il peut toutefois compter sur le soutien de son épouse Pooja et de ses proches, qui sont à son chevet.

Les passagers d’abord

Au dire de l’homme, qui a neuf ans d’expérience au volant du Paille en Queue, il avait quitté le village de L’Escalier et roulait en direction de Curepipe. «Mo ti pé roul normal parski sa ler-la, pa enn ler pwint ek larout ti korek. Kan mo’nn ariv kot enn lamonté ki trouv zis avan 16eme Mille, lot bis-la ki ti pé désan dépi Curepipe inn fer kontour ek li’nn pran telman larz ki linn rant direk ar mwa. Nou toulédé kabinn inn zwenn ansam…»

Kevin Nundoo dit avoir fait de son mieux pour éviter cet accident. «Mo’nn sey pran plis dan mo gos. Mé selman pa’nn kapav fer plis akoz ti éna enn kanal dan kwin ek éna laforé laba.»

L’accident qui s’est produit à Montée Lapeyre, hier matin, les chauffeurs Kevin Nundoo et Vishal Gowrassoo témoignent.

Bien qu’il ait été blessé, le trentenaire dit avoir tenté, dans un premier temps, d’aider les passagers. «Dan sa ler-la mo pa’nn koné sipa pou get lot bis-la oubien pou get mo bis mem…»

Autre son de cloche toutefois du côté de Vishal Gowrassoo, qui est admis dans la salle 2.3 de l’hôpital de Rose-Belle. Le chauffeur de l’autobus City Liner soutient que l’accident s’est produit lorsque le Paille en Queue, qui venait en sens inverse, a doublé un autobus de la compagnie UBS .

«Bout an bout sa simé-la éna lalign blan, pa gagn drwa doublé laba. Sa ler-la, lot bis-la pé doublé lor enn lamonté ek mwa mo pé fer enn kontour. Li enn zafer danzéré.» Le film des événements passe en boucle dans sa tête. «Pa’nn kapav évit aksidan… Lamem mo’nn fer tou séki mo ti kapav», insiste-t-il sur son lit d’hôpital.

Vishal Gowrassoo sur son lit d’hôpital, à Rose-Belle. Kevin Nundoo a, lui, préféré que sa photo ne soit pas publiée.

Vishal Gowrassoo est d’autant plus traumatisé car il s’est retrouvé coincé dans l’autobus. «Mo lipié ti kwinsé net ek mo pa ti pé kapav bouzé mem…» Il a d’ailleurs fallu l’intervention des pompiers pour le faire sortir de sa cabine. Il a été gravement blessé aux deux genoux et aux bras.

L’homme confie toutefois être soulagé que cet accident n’ait pas eu de plus graves conséquences. «Mo’nn aprann ki zot (NdlR, les passagers) inn vinn lopital pou gagn swin ek zot tou finn rétourn lakaz.»

La Montée Lapeyre reste un «black spot»

Deolall, le père de Kevin Nundoo, est catégorique : la Montée Lapeyre représente un danger réel pour les nombreux automobilistes.

À 62 ans, il a 40 ans d’expérience en tant que chauffeur d’autobus au compteur. Deolall, le père de Kevin Nundoo, est catégorique : la Montée Lapeyre représente un danger réel pour les nombreux automobilistes. «Pran dépi Nouvelle-France vini mem, sa simé-la éna lalign blan. Lorla li éna enn ta kontour ek li pa asé larz. Ena bann bis ki roul extra lant ek nou, sofer, souvan nou oblizé doublé», déplore-t-il. Selon Deolall Nundoo, les autorités feraient la sourde oreille. «Enn ta fwa inn gagn aksidan fatal ek nou finn dir ki bizin larzi simé-la mé nanyé pa finn fer…»

Psychose

L’annonce de cet accident, hier matin, a provoqué une véritable frénésie. D’autant plus que dans un premier temps, on ne savait pas s’il y avait mort d’homme. La nouvelle a tourné en boucle sur les ondes des radios et a vite été relayée sur Facebook. D’ailleurs, les internautes n’ont pas tardé à faire circuler des photos, accentuant davantage la psychose.
 

Une publication du quotidien BonZour !

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires