Rivière-des-Galets: Marie Rose Laramé guérisseuse de «tanbav»

Avec le soutien de

Elle a l’art ou possède le don de guérir, au dire de ceux qui l’ont visitée. Portrait d’une femme qui ne ferme jamais sa porte à qui lui demande secours.

«Mark tanbav*», une pratique ancestrale transmise autrefois, considérée comme un art ou un don. Si aujourd’hui on en entend rarement parler, Marie Rose Laramé, elle, dit le contraire. La preuve : le nombre de gens qui défilent chez elle n’hésitant pas à faire un long parcours avant de frapper à sa porte.

Si certaines guérisseuses hésitent à se confier, sans doute pour ne pas dévoiler leur secret, Marie Rose ne cache pas ce qu’elle a appris des anciens. «Avan ti ena boku ki ti pe mark tanbav. Aster tou inn désédé. Mo gramer ti pe mark tanbav. Apre bannla inn larg mwa.» Dans un premier temps, elle a commencé par «mark freser». Ensuite, elle s’est mise à soigner les maladies infantiles. Si elle rend service aux proches et amis, le message est passé de bouche à oreille et, depuis 10 ans, elle accueille des parents en détresse chez elle.

C’est quoi le «tanbav» au juste ? «Enn anflamasion ki bann ti bébé gagné kan zot tipti. Zot gagn ti bourbwi* et bouton delo lor zot latet (Irritation et rougeur). Zot gagn kolik. Zot malad. Zot ploré boku. Bann paran pa koné ki pou fer pou kalmé zot et mem bann dokter pa kapav fer nanrien. Zot kapav gagn sa ziska laz dé zan mé ena bébé pa gagné.»

Comment procède-t-elle ? La réponse est on ne peut plus vague. «Pou ou tir tanbav ou bizin ena lafwa boku. Mo fer enn ti lapriyer avek fler ek labouzi ek pas vetiver. Pandan trwa zour bizin amenn baba la.»

Mais loin d’être évasive sur le sujet, elle partage ce qu’elle fait pour mark freser. «Kan mo mark freser mo servi fey banann ki tann. Mo pas enn lesans lor la, met li lor ledos baba. Mo fer pou gran dimoun osi.»

Elle avoue conseiller aussi à ceux qui se tournent vers elle, de prendre des décoctions, qu’elle appelle «lok». «Lok la li ed tir flem ek dévid lestoma. Pou fer lok ou bizin fey betel, bomdiperou, limon ou swa zoranz, ayapana, dimiel ek manteg.» Ensuite, c’est aux parents de prendre les précautions d’usage.

«Pa kapav refiz dimounn. Boku dimounn vini parfwa. Mo sagrin kan bizin retourn dimounn. Mem si mo dir zot vini apre», confie-t-elle. Si, auparavant, elle ne consacrait qu’une petite partie de son temps à la guérison, maintenant qu’elle ne travaille plus, elle a plus de temps pour dire oui.

* Affection cutanée bénigne, consistant en une éruption de petits boutons rouges.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires