Drogues synthétiques: les femmes appelées à identifier les symptômes

Avec le soutien de
Fazila Jeewa-Daureeawoo a participé à l’ouverture l’un atelier de travail, ce jeudi 14 septembre.

Fazila Jeewa-Daureeawoo a participé à l’ouverture l’un atelier de travail, ce jeudi 14 septembre. 

«Généralement, les femmes n’ont pas d’expérience et ne savent pas comment gérer la situation lorsque les membres de la famille consomment de la drogue.» C’est ce qu’a affirmé Fazila Jeewa-Daureeawoo, ministre de l’Egalité du genre, du développement de l’enfant et du bien-être de la famille, ce jeudi 14 septembre. Elle participait à l’ouverture d’un atelier de travail à l’intention des formateurs engagés dans la prévention contre les drogues synthétiques parmi les jeunes.

La ministre a souligné l’importance de les «empower» pour comprendre les symptômes liés à un excès de drogue. «Il faut aussi que les officiers aient les informations et la connaissance nécessaires afin qu’ils puissent fournir les renseignements de base aux femmes qui viennent chercher de l’aide auprès des centres de femmes. D’ailleurs, des help desks seront installés dans cinq centres de femmes sur une base pilote. Les women centres concernés sont ceux d’Abercrombie, Bambous, Surinam, Flacq et Rose-Hill», a expliqué Fazila Jeewa-Daureeawoo.

Dans la foulée, elle a fait ressortir que «22 jeunes ont perdu la vie à cause des drogues synthétiques, alors que d’autres suivent toujours un traitement».

Également présent, le ministre de la Santé Anwar Husnoo a affirmé que l’alcoolémie a, pendant longtemps, été la principale raison des admissions en masse à l’hôpital Brown Séquard. «Maintenant, c’est à cause de la consommation de drogues synthétiques.» 

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires