Scandale Yerrigadoo: Qui est Husein Abdool Rahim, le «dénonciateur» ?

Avec le soutien de

Il fait la une des journaux depuis lundi. Il a «osé» dénoncer un scandale dans lequel pourrait être impliqué l’«Attorney General». Qui est cet homme musclé qui n’a pas froid aux yeux ?

Il est à l’origine d’un scandale qui embarrasse le gouvernement. Mais aussi et surtout l’Attorney General, Ravi Yerrigadoo. Husein Abdool Rahim, 31 ans, a pourtant une gueule d’ange. S’il est baraqué, c’est d’une voix timide, qui détonne avec son gabarit, qu’il a approché l’express pour raconter son histoire. Et quelle histoire… Le trentenaire en a des choses à dire. Qualifié par certains de parieur doué, Husein Abdool Rahim n’avait pas prévu de perdre 23 000 euros (environ Rs 920 000) d’un coup. Ce qui représente jusqu’ici sa plus grande perte au jeu.

Durant sa scolarité au Islamic College, Husein Abdool Rahim était considéré comme un jeune homme comme les autres. Il décidera, par la suite, de prendre des cours en comptabilité. Il voulait sans doute faire carrière dans ce domaine. Mais au fil du temps, il se rendra compte que ce n’est pas une filière faite pour lui. Il abandonne alors ses études et prend de l’emploi dans une firme en tant que Stock Controller. Il y travaillera pendant deux ans et demi.

Après son passage dans cette firme, il s’engage finalement dans l’entreprise familiale comme Electrical Engineer de 2008 à 2014. Et c’est durant cette période que sa vie bascule. Le jeune homme fait la rencontre de sa dulcinée. Mais cette idylle est impossible parce que les parents des deux tourtereaux s’y opposent. C’est à ce moment précis que les choses prennent une autre tournure. Devant la résistance de ses parents, le jeune homme décide de quitter l’entreprise familiale. Sauf qu’entre-temps, Husein Abdool Rahim a contracté un emprunt pour aider sa bien-aimée. Mais au moment de leur rupture, la famille de celle-ci refuse de lui rembourser.

Épisodes dignes d’une série télé

 Il est, toutefois, déterminé à récupérer son argent. Il décide de se tourner vers la police. «J’ai vu que l’affaire n’avançait pas. Pourquoi ? Parce que mon ex-petite amie est parentée à un policier ! C’est alors que j’ai monté une histoire de toutes pièces afin de récupérer mon argent», souligne le jeune homme, bien conscient de l’immoralité de sa démarche. «Vous savez, dans un moment pareil, vous ne pensez pas à cela. Vous êtes déterminé à tout récupérer. Tout le monde fait des erreurs…»

Comment s’y prend-il ? Il décide de faire appel à une de ses connaissances, qui vit à Los Angeles. Celle-ci a pour tâche de séduire le policier parenté à son ancienne petite amie pour lui soutirer de l’argent. Elle a pu récupérer Rs 500 000 avant de couper contact avec le policier en question.

S’ensuivront ensuite des épisodes dignes d’une telenovela. Le policier le poursuit pour swindling et réclame son argent. C’est alors qu’il fait la connaissance d’un dénommé Sylvio Sundanum, manager chez Dry Cleaning Ltd. Un ami qu’il rencontre à la salle de gym qu’il fréquente. Il se confie à ce dernier. Ce copain pense alors avoir trouvé une solution pour lui. Il lui aurait proposé de rencontrer son ami, l’Attorney General, Ravi Yerrigadoo.

«Il était seulement question de faire rayer ce ‘case’. En contrepartie, j’aurais eu à jouer pour Sylvio Sundanum. Sauf que j’ai perdu beaucoup d’argent. Et ce dernier m’a sommé de le rembourser et m’a imposé un ultimatum. Il m’a dit qu’il finirait par s’en sortir à bon compte grâce à ses connexions de toute façon. C’est alors que j’ai décidé, avec l’encouragement de ma famille, de tout déballer», fait-il valoir.

Husein Abdool Rahim a, en effet, fini par avouer qu’il a eu à faire, selon ses dires, des déplacements pour le compte de l’Attorney General pour l’ouverture de comptes bancaires, en Suisse, notamment. Il affirme aussi que Ravi Yerrigadoo – qui a promis une riposte légale – aurait signé des documents cautionnant ses démarches…

La suite du feuilleton à suivre dans l’express et dans nos autres publications…

 Une publication du quotidien BonZour

Publicité
Publicité

Il s'est retrouvé impliqué dans une affaire de blanchiment d'argent allégué. En trois jours, les révélations de Husein Abdool Rahim ont eu raison de Ravi Yerrigadoo. Le Premier ministre n'a pas eu d'autre choix que de demander à l'Attorney General de step down, le mercredi 13 septembre. Mais le «dénonciateur» est revenu sur ces propos accusant l'express et Roshi Bhadain d'avoir initié un complot pour faire tomber Ravi Yerrigadoo.

D'autres articles »

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires