Affaire Betamax: les avocats touchent le gros lot

Avec le soutien de
Extrait de l’affidavit juré par le directeur général de la STC, montrant les sommes dues à Betamax.

Extrait de l’affidavit juré par le directeur général de la STC, montrant les sommes dues à Betamax.

Trois. C’est le nombre de Queen’s Counsels (QCs) de l’Angleterre qui paraissent dans l’affaire Betamax actuellement devant la Cour suprême. Stuart Isaacs représente la compagnie de transport de produits pétroliers. Les deux autres, James Guthrie et Alain Choo Choy, ont été retenus par la State Trading Corporation (STC). Par contre, qui dit QC, dit des honoraires de quelque 1 000 dollars (Rs 34 000) l’heure par QC. Honoraires qui peuvent grimper jusqu’à 2 000 dollars l’heure.

Ajouté à cela, chaque partie a également retenu les services d’hommes de loi mauriciens. Le Senior Counsel (SC) Rishi Pursem et le Senior Attorney (SA) Rajeshwar Buctowonsing représentent Betamax. Pour sa part, la STC est également représentée par Mes Ravind Chetty, SC, et André Robert, SA.

Déjà, rien que les frais légaux pour l’arbitrage à Singapour se sont élevés à quelque Rs 200 millions pour les deux parties. La note de Betamax - qui était représenté par les mêmes avocats qu’aujourd’hui - totalisait Rs 102 millions (3 millions de dollars).

Ce montant a été rendu public dans l’affidavit juré par Rajanah Dhaliah, directeur général de la STC, pour contester la sentence de Singapour. On peut y lire, au chapitre, The Award, «STC to pay Betamax’s costs in the amount of US $2,823,547.20, S$39,466 and £880,296». Il y a aussi des dommages de Rs 4 milliards à Betamax, le coût de l’arbitrage qui est de Rs 12,1 millions (465 223 dollars singapouriens) ainsi que des intérêts de 3 % par an sur les différents montants cités plus haut, à compter de la date de la sentence. Soit, le 5 juin 2017.

Le gouvernement a mis un terme au contrat de Betamax daté du 27 novembre 2009 pour le transport de produits pétroliers le 2 février 2015. La compagnie a obtenu un verdict favorable en arbitrage international, le 5 juin. Le Dr Michael Pryles, arbitre du centre international d’arbitrage de Singapour, l’a sommé de payer des dédommagements de Rs 5 milliards à Betamax. Verdict que conteste la STC en Cour suprême.

Publicité
Publicité

Rs 5 milliards. C’est la somme que devra débourser l’Etat mauricien pour payer Veekram Bhunjun. Retour sur toute cette affaire qui a débuté en janvier 2015 avec la résiliation du contrat de Betamax par le gouvernement Lepep.

D'autres articles »

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires