Blanchiment d’argent soupçonné: «Ravi Yerrigadoo prend trop de risque», a dit un banquier suisse

Avec le soutien de
Husein Abdool Rahim a juré son affidavit à la New Court House ce mardi 12 septembre. 

Husein Abdool Rahim a juré son affidavit à la New Court House, ce mardi 12 septembre. 

C’était sur les instructions de Ravi Yerrigadoo, l’Attorney General, qu’il s’est rendu en Suisse pour ouvrir un compte pour encaisser des gains de paris. C’est ce que déclare Husein Abdool Rahim dans son affidavit juré à la New Court House, ce mardi 12 septembre. Ce dernier était accompagné de son avocat Ashley Hurhangee et de son avoué Me Nundah Hurungee.

Le dénonciateur de ce stratagème, qui s’apparente à un montage de blanchiment d’argent, a juré dans son affidavit que «by virtue of section 49 (1)(b)of the Prevention of Corruption Act whereby at the time I make the disclosure, I believe that on solid, factual, and reasonable grounds that the information I disclose is true and is of such a nature as to warrant an investigation under this act and I shall hence incur no civil or criminal liability». Husain Abdool Rahim a également chargé ses hommes de loi de remettre une copie de l’affidavit au bureau du Premier ministre,à l'Independent Commission Against Corruption, à la Financial Intelligence Unit ainsi qu’au commissaire de police.

L’affidavit contient également des détails concernant la rencontre de Husein Abdool Rahim avec le CEO d'une banque en Suisse, Nadil Jean Sab. Celui-ci lui aurait confié qu’il ne pouvait ouvrir son compte car Husein Abdool Rahim était illégalement dans le pays et d’ajouter, «I’ve always been telling Ravi not to take such risks. Our bank could have gone in real big trouble had we opened this account….»

Les quatre premiers paragraphes de l’affidavit résument comment Husain Abdool Rahim a, par l’intermédiaire de Sylvio Sundunum, rencontré l’Attorney General Ravi Yerrigadoo à plusieurs reprises en compagnie de Dick Kwan Tat. Ces rencontres avaient pour but de mettre sur pied une structure financière en ouvrant des comptes bancaires à l’étranger, nommément à Dubaï et en Suisse.  

Husein Abdool Rahim énonce clairement dans son affidavit qu’il s’agissait là d’un moyen pour véhiculer et blanchir de l’argent. Selon l’affidavit, lors d’une réunion avec Ravi Yerrigadoo, Dick Kwan Tat et Sylvio Sundunum, ce dernier aurait clairement dit qu’il avait des fonds non déclarés qu’il voudrait faire blanchir à travers Bet365, le site de jeu en ligne.

Dans le quatrième paragraphe, Husein Abdool Rahim déclare que selon lui, Ravi Yerrigadoo serait allé bien au-delà des paramètres de ses fonctions. Selon l’affidavit, l’Attorney General a fourni des documents et a facilité les procédures pour Husain Abdool Rahim. Le politicien aurait également fait le nécessaire pour le variation order du joueur et lui aurait donné des instructions afin de mettre sur pied des comptes bancaires à l’étranger.

Publicité
Publicité

Il s'est retrouvé impliqué dans une affaire de blanchiment d'argent allégué. En trois jours, les révélations de Husein Abdool Rahim ont eu raison de Ravi Yerrigadoo. Le Premier ministre n'a pas eu d'autre choix que de demander à l'Attorney General de step down, le jeudi 14 septembre. Mais le «dénonciateur» est revenu sur ces propos accusant l'express et Roshi Bhadain d'avoir initié un complot pour faire tomber Ravi Yerrigadoo.

D'autres articles »

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires