Une patiente meurt après une césarienne: le responsable de la maternité montré du doigt

Avec le soutien de
Démis de ses fonctions de Regional Health Director, le médecin est en charge de la maternité à Rose-Belle.

Démis de ses fonctions de Regional Health Director, le médecin est en charge de la maternité à Rose-Belle.

Le Dr Madan Maudhoo refait parler de lui. Après avoir été démis de ses fonctions de Regional Health Director (RHD) de l’hôpital Jawaharlal Nehru, à Rose-Belle, en début d’année, à la suite d’une contestation des médecins, il se retrouve au cœur d’une nouvelle affaire de négligence médicale alléguée dans ce même centre hospitalier.

Sa nomination, en novembre, au poste de RHD avait indigné la communauté des médecins, car il avait été reconnu coupable, par le Medical Disciplinary Tribunal, de négligence médicale ayant entraîné la mort d’un nourrisson. Après l’éclatement de l’affaire, il avait été démis de ces fonctions début janvier. Il occupe, malgré cela, le poste de chef de la maternité à l’hôpital de Rose-Belle.

Le Dr Maudhoo était, justement, l’un des deux spécialistes traitants d’Anusha Maigha. Comme rapporté dans notre édition du 2 septembre, cette jeune mère de 25 ans a rendu l’âme le 25 août, deux jours après avoir accouché de son second enfant. Selon le rapport d’autopsie, elle est morte des suites d’une accumulation de sang coagulé dans l’abdomen, après qu’une artère a été sectionnée dans son utérus.

Alléguant une négligence médicale, son époux a porté plainte au poste de police de Rivière-des-Anguilles. Anusha Maigha, qui en était à son huitième mois de grossesse, avait été admise à l’hôpital le 17 août en raison de traces de diabète dans le sang. Toutefois, dans la soirée du 23 août, elle se serait plainte de douleurs abdominales. Sauf qu’elle n’aurait été prise en charge par aucun des deux spécialistes qui s’étaient occupés d’elle durant son traitement. Mais, par deux autres médecins. Dont un qui est à la retraite (le ministère de la Santé fait appel à ces bank doctors lorsqu’elle manque de spécialistes). C’est ce dernier qui aurait pratiqué une césarienne d’urgence le même soir.

Toutefois, peu avant une heure le lendemain matin, soit cinq minutes après avoir été ramenée du bloc opératoire à la salle d’admission, la patiente aurait commencé à se plaindre de démangeaisons et de picotements sur tout le corps. Un médecin en aurait été informé. Anusha Maigha aurait également eu des crises. Admise aux soins intensifs, elle a poussé son dernier soupir le 25 août. C’est le Dr Madan Maudhoo qui est montré du doigt dans cette affaire.

Interrogé par l’express, le Dr Madan Maudhoo a fini par répondre après avoir été d’abord réticent. Il a répliqué que «toutes les procédures ont été suivies» dans le cas d’Anusha Maigha. Il a expliqué que c’est un médecin à la retraite qui a pratiqué la césarienne car «il était de garde ce soir-là». Il ne s’est pas étendu sur le sujet, nous référant au directeur régional de l’hôpital. Ce dernier est, lui, resté injoignable.

Si cette affaire a été référée au ministère pour enquête, nous avons interrogé un préposé officiel pour savoir si des médecins trouvés coupables de négligence médicale peuvent occuper un poste à haute responsabilité. Nous n’avons pas obtenu de réponse.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires