Secteur informatique: les cours pas adaptés au marché

Avec le soutien de
Environ un millier de postes seraient à pourvoir dans ces filières.

Environ un millier de postes seraient à pourvoir dans ces filières.

Technicien informatique, administrateur de réseaux et systèmes, Web & Software Developer, dont le Mobile App Developer. Ces emplois peuvent rapporter entre Rs 25 000 et Rs 50 000. Pourtant, il n’y aurait pas de candidats qualifiés pour ces postes. Tout en tirant la sonnette d’alarme, Dev Sunnasy, président de la Mauritius Information and Technology Industry Association (MITIA) souligne qu’il y a un désintérêt pour les études en informatique dès le collège.

Cette tendance se confirme avec l’installation de la compagnie Convergys à Ébène. Cette compagnie voulait commencer ses activités la semaine prochaine avec 400 employés. Elle s’est retrouvée à 50 % d’effectif en moins, soit environ 200 personnes. De plus, selon le ministre de la Technologie, de la communication et de l’innovation et (TCI), Yogida Sawminaden, la compagnie a l’intention de recruter jusqu’à 1 000 personnes d’ici fin 2017. Ceci démontre une baisse dans le bassin d’emploi pour ce secteur . 

«Environ un millier de postes sont à pourvoir», dit Dev Sunnasy. «Sauf qu’il n’y a pas de candidats adéquats.» Le président de la MITIA estime que, devant cette situation alarmante, il sera nécessaire de faire appel à la main-œuvre étrangère car les projets n’attendent pas et qu’il faut trouver des personnes employables immédiatement.

Selon Dev Sunnasy, c’est au niveau des études que cela coince. «Les universités publiques ont baissé leurs critères d’admission. Au final, les diplômés ne sont pas prêts pour intégrer une entreprise.» De plus, les cours ne répondraient pas aux besoins de l’industrie, la technologie évoluant rapidement. «Il n’y a pas la masse critique nécessaire. Ce qui manque, c’est des développeurs qualifiés. Il y a des formations qui ne vont pas permettre de former des développeurs d’applications mobiles, des développeurs Java, des développeurs PHP, entre autres», déplore-t-il.

Même son de cloche au niveau des recrutements. Aurélie Marie, Head Recruitment à MyJob.mu, est d’avis que les formations en technologies de l’information et de la communication (TIC) ne répondent pas aux besoins des entreprises. «Nous le constatons également au niveau du recrutement en ligne. Ces deux secteurs absorbent 40 % des offres disponibles. L’offre d’emploi est soutenue mais la demande ne suit pas. Le secteur des TIC évolue très rapidement. Les nouvelles technologies, les langages de programmation, la communication et le marketing digital, les métiers liés à l’animation et à la gestion de sites et des  réseaux sociaux se multiplient.»

Employés opérationnels

En même temps, les entreprises sont obligées de recruter pendant toute l’année. La mobilité joue un grand rôle. Selon le Head Recruitment de Myjob, deux facteurs principaux entrent en jeu. «Il y a d’une part, la création de postes avec le développement de services externalisés offerts à Maurice et, d’autre part, le turnover des entreprises», explique Aurélie Marie. «Le remplacement du personnel fait partie courante de la gestion des ressources humaines dans les secteurs TIC-Business Process Outsourcing. Les entreprises ne peuvent plus se permettre de recruter des stagiaires et de les former sur trois à six mois. Elles ont besoin de personnes ayant de l’expérience et pouvant être opérationnelles tout de suite

Des entreprises ont déjà choisi de recruter à l’étranger, malgré des coûts plus élevés. Selon Myjob.mu, les entreprises vont se tourner vers Madagascar, l’Inde, l’Europe et l’Afrique australe car, là-bas, il y a des candidats qui sont des pointures pour les postes d’ingénieurs réseaux-systèmes, de développement web et de Software Engineering

Toutefois pour l’Outsourcing and Telecommunications Association of Mauritius (OTAM), ce n’est pas la mort de ce secteur pour autant. Ken Arian, le président de l’OTAM, souhaite une révision du système éducatif, pour que les jeunes puissent développer les compétences en informatique, peu importe le secteur ou les études qu’ils ont entrepris. «Il y a des entreprises qui recrutent des gens qui n’ont rien à voir avec l’informatique», souligne-t-il. 

Une source du secteur des TIC indique, que les jeunes veulent avoir un emploi dès leur sortie de l’université et de gros salaires. Cela sans expérience et sans avoir une passion pour leur savoir-faire. Les employeurs, eux, recherchent des postulants ayant un diplôme et une certification Oracle, Cisco, Microsoft, entre autres, pour travailler sur des projets. Or très peu de cours dans les universités mènent vers cette qualification professionnelle. 

Le ministère de l’Éducation et celui des TCI qui veut, lui, promouvoir les nouveaux jobs du digital qui ont émergé dans d’autres pays, lanceront le mois prochain des cours en informatique taillés sur mesure. Ils devraient répondre aux besoins de l’industrie. 

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires