Terre-Rouge: Sameer Golam passionné des animaux

Avec le soutien de
Sameer Golam, le fondateur de l’ONG SCAR, en compagnie d’un chien de race qu’il vient de secourir.

Sameer Golam, le fondateur de l’ONG SCAR, en compagnie d’un chien de race qu’il vient de secourir.

Sa passion pour les animaux est sans bornes. Du coup, il a fondé SCAR, une association qui redonne le goût de vivre à des chiens et chats malades, maltraités, blessés ou abandonnés.

Son nom ne vous est sûrement pas inconnu. Lui, c’est Sameer Golam, passionné des animaux. Il y a quatre ans, il décidait de fonder sa propre association pour aider nos amies les bêtes. C’est ainsi que l’association non gouvernementale Second Chance Animal Rescue (SCAR) a vu le jour. Le jeune homme sillonne jour et nuit le pays pour secourir des animaux abandonnés, malades, maltraités et blessés.

Il recueille de l’argent de bénévoles afin de pouvoir se procurer de la nourriture pour la cinquantaine d’animaux, chiens et chats qu’il héberge, en ce moment à son domicile à Terre-Rouge. Rencontre avec un jeune homme au coeur d’or.

Depuis son plus jeune âge, Sameer Golam a développé un sentiment profond pour les animaux. «Cela me fendait le coeur de voir des animaux qui souffrent beaucoup par la négligence des humains, et dans de nombreux cas par la cruauté des gens», explique-til. C’est comme cela, qu’en 2013, il décide de prendre une décision qui, allait changer sa vie.

Il crée son association à partir de rien, il y a quatre ans, et maintenant il a pu venir en aide à plus d’un millier de chats et chiens errants. «C’est vrai que ce n’est pas toujours évident, faute d’argent souvent et surtout cela demande beaucoup de temps. Mais ce travail, je le fais avec beaucoup d’amour et de dévotion.»

Son mode opératoire est simple. Il n’hésite pas, muni d’une cage, à parcourir le pays à moto. Dans l’unique but d’aider les chiens et chats en détresse. Une fois l’animal entre ses mains, il l’examine. Si ce dernier a besoin d’un quelconque traitement, entre autres, Sameer Golam lance des appels à l’aide pour le financement à travers des posts sur Facebook.

Il a plus d’une vingtaine de chats chez lui, tous des animaux qui ont été abandonnés.

«De plus, nous avons aussi des personnes qui contribuent financièrement à la fin de chaque mois», déclare-til. Pour donner l’assurance à ces personnes, Sameer Golam se fait un devoir de toujours les informer dans la transparence de ce qui est fait de leur argent. «Je leur envoie les reçus du vétérinaire.» Comme il y a pas mal d’arnaqueurs qui sévissent sur le Net, on n’est jamais assez prudent, fait-il comprendre.

Souvent sollicité sur sa page Facebook, il ne dit jamais non. «Je me sens concerné par chaque chien, chaque chat qui est abandonné.» C’est pourquoi il n’hésite pas à se rendre n’importe où.

«Toutefois, c’est un métier qui prend beaucoup de temps ; entre les traitements chez les vétérinaires et les bêtes dont je dois m’occuper chez moi, les nourrir et leur donner leurs médicaments. Parfois, nous avons des bénévoles dans certains endroits. Quand je ne peux y aller personnellement, nous communiquons pour qu’au moins un d’entre nous y aille coûte que coûte», note-t-il.

Sameer Golam explique que chaque jour plusieurs chatons et chiots sont abandonnés. «C’est la raison pourquoi je lance un énième appel à tous les Mauriciens de bien vouloir stériliser leurs animaux. Nous n’avons pas toujours de la place pour ces nombreux animaux que quotidiennement nous secourons», déclare-t-il.

Il doit alors trouver des personnes qui pourront accueillir ces animaux temporairement jusqu’à ce qu’il puisse leur trouver une famille d’adoption.

Le plus dur pour le jeune homme, ce sont les nouveau-nés ; il est difficile de les nourrir surtout s’ils ont été séparés de leur mère à la naissance, dit-il. «Ils meurent pour la plupart, même si nous faisons notre maximum. C’est très dur à vivre pour moi. Même si j’ai vu mourir plusieurs animaux au fil du temps, chaque mort me perturbe toujours autant», indique-t-il.

Au final, Sameer Golam invite ceux qui veulent l’aider dans sa lutte à venir le rejoindre et à travailler ensemble pour le bien-être des animaux.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires