Élections générales: Navin Ramgoolam une menace pour Pravind Jugnauth ?

Avec le soutien de
Au sein du MSM, on affirme que le leader n’a pas évoqué l’éventualité qu’il y ait des élections anticipées.

Au sein du MSM, on affirme que le leader n’a pas évoqué l’éventualité qu’il y ait des élections anticipées.

Du mouvement est attendu sur le plan politique pendant les prochaines semaines. Du moins, du côté du Mouvement socialiste militant (MSM). D’ailleurs, les membres de ce parti s’attendaient à une réunion du bureau politique (BP) ce samedi 2 septembre pour écouter leur leader, Pravind Jugnauth. Toutefois, cette rencontre a été annulée en raison de la célébration de l’Eid-Ul-Adha.

En effet, Pravind Jugnauth serait sur le point d’appliquer une stratégie pour barrer la route au Parti travailliste (PTr), tout en se préparant à d’éventuelles élections anticipées. Il veut mettre en échec les plans de Navin Ramgoolam, le leader du PTr, qui semble se requinquer après des sorties publiques plus ou moins réussies. Pravind Jugnauth aurait été conseillé de contre-attaquer. Il nous revient que c’est l’ancien leader du MSM, sir Anerood Jugnauth, qui aurait recommandé à son fils de préparer un plan pour ne pas se faire balayer lors des prochaines élections.

Dans l’entourage du Premier ministre, l’on affirme qu’aussitôt que le bureau du Directeur des poursuites publiques aura déposé des charges formelles contre Navin Ramgoolam, Pravind Jugnauth ainsi que les autres membres du MSM, devraient s’activer sur le terrain pour l’affaiblir. «Il est fort possible qu’il y aura plus d’une charge contre lui. Ce sera un bon argument pour dissuader le peuple de suivre Navin Ramgoolam», déclare notre interlocuteur. L’idée, dit-il, c’est aussi de mettre à mal le Parti mauricien social-démocrate (PMSD) ou le Mouvement militant mauricien (MMM), qui seraient tentés de conclure une alliance avec le PTr. «Le MSM pourrait ainsi s’allier avec l’un des deux partis», ajoute notre interlocuteur.

Dans l’éventualité que cette tactique fasse monter la mayonnaise, le Premier ministre devrait enclencher les procédures pour des élections générales anticipées avant octobre 2018. Dans le cercle proche du leader du MSM, on estime que le Privy Council pourrait donner son verdict à n’importe quel moment à partir de cette date et il serait préférable pour Pravind Jugnauth de se présenter devant l’électorat avant cette échéance. Ils craignent un jugement défavorable, qui pourrait plomber davantage le parti soleil. Cependant, au sein du MSM, on ne veut pas parler d’élections anticipées. «Le leader ne nous en a pas parlé. Il est toujours question de terminer notre mandat», déclare un membre du BP.

Autre plan du MSM : provoquer une scission au sein du PTr. Le détonateur pourrait être Arvin Boolell, candidat dans l’éventualité d’une élection partielle à Belle-Rose– Quatre-Bornes. Ce travailliste pourrait bénéficier du soutien des partisans du MSM dans cette circonscription. D’ailleurs, un journal en ligne, proche du MSM, consacre depuis quelque temps des articles au candidat du PTr, allant même jusqu’à retracer sa carrière en photo. L’objectif est de le propulser sur le devant de la scène, pour qu’il ambitionne de prendre les rênes du PTr.

Par ailleurs, il nous revient que la majorité des membres du BP du MSM ne souhaitent pas que leur parti aligne un candidat à une éventuelle partielle à Quatre-Bornes.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires