Démolitions à La Butte et Barkly: «Le gouvernement doit démissionner»

Avec le soutien de
Les habitants de La Butte ont assisté impuissants à la démolition de leurs maisons, vendredi 1er septembre.

Les habitants de La Butte ont assisté impuissants à la démolition de leurs maisons, vendredi 1er septembre.

Les réactions n’ont pas tardé après que des bulldozers ont sorti leurs griffes pour démolir des maisons à La Butte et à Résidence Barkly pour faire de la place au Metro Express. Sur les réseaux sociaux, les internautes n’ont pas caché leur colère et la tristesse qui les animent.

Toute cette affaire n’a également pas laissée insensibles les Mauriciens qui vivent à l’étranger. Ils ont invité la population à signer une pétition en ligne pour réclamer la démission du gouvernement. Ils sont d’avis que, «l’impuissance du peuple mauricien et l’action de force du gouvernement irrite le peuple». Le document a, jusqu’à présent, recueilli 619 signatures.

Sursis jusqu’à lundi

«J’ordonne aux défendeurs de ne pas aller de l’avant avec la démolition des propriétés situées sur une portion de terrain de 137 mètres carrés à La Butte, Port-Louis.» Telle est la décision de la Cour suprême rendue, vendredi, après qu’un affidavit a été déposé par Me Kaviraj Bokhoree, assisté de Mes Assad Peeroo, Nawaz Dookhee, Vinesh Boodhoo, Urvashi Bissoondyal. C’est par le biais de ces hommes de loi que la famille Rujubali et deux autres habitants de La Butte ont déposé une injonction, réclamant un ordre intérimaire, pour empêcher toute destruction des maisons.

La juge Rita Teelock a annoncé en référé que l’ordre intérimaire restera en force jusqu’à lundi et a convoqué les parties concernées : les plaignants et les défendeurs qui sont le Premier ministre et les ministères du Logement et des Infrastructures publiques. Les plaignants devront prouver qu’ils sont les propriétaires de la portion de terrain «…clarifying whether the premises are business premises or dwelling houses and specifying who is the owner of portion of land». Les défendeurs devront, eux, soutenir la raison pour laquelle l’ordre intérimaire ne devra pas être converti en ordre interlocutoire en attendant le procès qui leur sera intenté dans les plus brefs délais.

Dans un autre volet, Vikram Dyal et 31 autres habitants de Barkly ont eux aussi saisi la Cour suprême par le biais de l’avoué Kaviraj Bokhoree. La juge Rita Teelock a émis un ordre intérimaire, ordonnant au Premier ministre et aux ministères des Infrastructures publiques et du Logement de ne pas aller de l’avant avec la démolition des murs à Résidence Barkly. Cet ordre restera donc en vigueur jusqu’à lundi.

Toutefois, selon Me Nawaz Dookhee, qui représente ces habitants, la police a poursuivi la démolition malgré un ordre formel de la cour.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires