La Butte et Barkly: «Les habitants des autres villes subiront le même sort», prévient Bhadain

Avec le soutien de
Roshi Bhadain était face à la presse, ce vendredi 1er septembre.

Roshi Bhadain était face à la presse, ce vendredi 1er septembre.

«Tou séki mo’nn dénonsé lor métro express, zordi nou pé trouv tou séki pé arivé.» Et selon Roshi Bhadain, les habitants des autres villes se trouvant sur le tracé subiront le même sort que ceux de La Butte et de Résidence Barkly. C’est ce qu’a martelé le leader du Reform Party, ce vendredi 1er septembre, face à la presse.

Selon Roshi Bhadain, le gouvernement aurait dû analyser les problèmes avant de signer le contrat du métro express. «Mes questions sont restées sans réponses au Parlement. Dans le passé, il y a eu des fouilles effectuées à St-Jean. Il y a un problème d’eau dans cette région. Si on pose des rails là-bas, il y aura des répercussions dans le futur. C’est inacceptable de faire de la route St-Jean un one way», a insisté le l’ancien député.

Ce dernier a également pris à partie les politiciens de l’opposition qui soutiennent actuellement les habitants de La Butte et de Résidence Barkly. Il avance que ces derniers ne sont que des «vautours». Roshi Bhadain leur a, une fois de plus, demandé de démissionner s’ils sont sincères. 

Employés mauriciens de l’usine Avant

Le leader du Reform Party a aussi évoqué le cas des employés mauriciens de l’usine Avant (Mauritius) Ltd. Ces derniers ont retenu ses services. L’ex-ministre affirme que les directeurs ont commis une fraude. «Les assets de la compagnies ont été dilapidés. Il faut vérifier les faits.»

Roshi Bhadain s’en est aussi pris au ministre Soodesh Callichurn qui leur propose d’intégrer le Workfare Program. «C’est injuste car ils vont perdre leur temps de service. On ne sait pas s’ils trouveront un autre emploi ou si ce sera sur le long terme. Je lance un appel au ministre Callichurn de revoir sa position. Si nous ne sommes pas satisfaits, nous irons en cour.»


Fraude massive au SIT
 

Autre sujet abordé : la fraude au Sugar Investment Trust. Roshi Bhadain parle de «cover-up» dans cette affaire. Le ministre de l’Agro-industrie est au courant de la situation, avance Roshi Bhadain. «Les institutions comme l’ICAC opèrent pour protéger les proches de ceux qui sont au pouvoir.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires