Metro Express et glissement de terrain: «Il faut juste prendre les précautions nécessaires…»

Avec le soutien de
Il y a eu un glissement de terrain dans les hauteurs de La Butte dimanche 27 août et lundi 28 août, après des travaux effectués par un entrepreneur.

Il y a eu un glissement de terrain dans les hauteurs de La Butte dimanche 27 août et lundi 28 août, après des travaux effectués par un entrepreneur.

La Butte, Old Moka Road à Camp-Chapelon et Montée S à Grande-Rivière-Nord-Ouest. Ces trois sites figurent sur une liste de 37 autres lieux à risque, identifiés dans le Cyclone and Other Natural Disasters Scheme 2012-2013. Leur point commun ? Ils se trouvent sur le tracé du Metro Express.

Et pas plus tard que le dimanche 27 août, un glissement de terrain est survenu à La Butte. Glissement de terrain provoqué par des travaux effectués par un entrepreneur sur un chantier privé et qui a provoqué un affaissement de la route et lézardé des murs.

Si les trois sites par où passerait le métro sont vulnérables à des glissements de terrain, pourquoi maintenir le tracé ? Pourquoi ne pas les contourner ? Du côté de la Metro Express Ltd, l’on explique que les rapports ne disent pas que le métro ne devrait pas se situer dans ces endroits à risque. «Il faut juste prendre les précautions nécessaires, tout comme lors de la construction de ponts et de routes surélevés.»

Selon une source proche du dossier, les consultants de la Singapore Cooperation Enterprise, et maintenant ceux de Larsen & Toubro sont conscients des risques de glissements de terrain dans ces régions. «Ces risques ont été dûment pris en considération. Bien sûr, le niveau de sécurité était la priorité durant les discussions et cela restera une priorité majeure à l’avenir. Je peux vous assurer que tous ces problèmes seront traités lors de la construction.»

Notre source estime que la sécurité doit être la «priorité absolue» tout le long du tracé. Surtout dans les régions vulnérables aux glissements de terrain.

Rapport de la JICA

Dans un rapport soumis aux autorités en juin 2015, la Japan International Cooperation Agency (JICA) a fait valoir que ces 37 sites sont vulnérables aux glissements de terrain. On y trouve Chitrakoot à Vallée-des-Prêtres, Vallée-Pitot, Chamarel, Baie-du-Cap, Quatre-Sœurs, Bambous-Virieux, Morcellement Hermitage à Coromandel et Les Mariannes, entre autres.

Une mise en demeure servie à la Metro Express Ltd

Après le glissement de terrain survenu dimanche, Joson Louis Elie, du collectif Debout Citoyen, qui s’oppose au projet Metro Express, a mis une nouvelle fois en avant le rapport de la JICA, qui avait recommandé de n’effectuer aucune construction dans cette zone. «Le rapport est clair : c’est un terrain à risque.»

Il rappelle avoir contesté les rapports environnementaux y relatifs. En effet, l’Environment Protection Act 2002 et le permis Environment Impact Assessment n’ont pas été respectés. D’ailleurs, hier, mardi 29 août, le Metro Express Ltd s’est vu servir une mise en demeure par Debout Citoyen, à travers Me Kaviraj Bokhoree.

Réunion du Disaster Committee

Concernant les fouilles à La Butte, le lord-maire, Daniel Laurent, était sur les lieux mardi matin, accompagné de ses officiers. Selon lui, le promoteur privé détient un permis de construction en bonne et due forme depuis l’année dernière, sauf qu’il n’a pas respecté la distance réglementaire entre son chantier et la rue piétonne. «Inn donn li enn stop order. On lui a servi un avis pour qu’il trouve des solutions aux problèmes qu’il a causés lors des fouilles.»

Il était prévu que le promoteur se présente à midi, ce mercredi 30 août, devant le Disaster Committee qui se réunissait, accompagné de son ingénieur, de son architecte et de l’entrepreneur. «Il doit venir avec un plan pour nous dire comment il compte rétablir la situation.»

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires