Télévision nationale: risque d’abandon de la Bhojpuri Channel

Avec le soutien de
Maurice est un des rares pays à avoir une chaîne dédiée à la langue et à la culture bhojpuri 24/7, selon Sarita Boodhoo. © Kiranchand Sookrah

Maurice est un des rares pays à avoir une chaîne dédiée à la langue et à la culture bhojpuri 24/7, selon Sarita Boodhoo. © Kiranchand Sookrah

La chaîne en bhojpuri sera-t-elle supprimée ? Du moins, c’est le bruit qui court depuis peu dans les couloirs de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC). Selon nos recoupements, l’éventuelle suppression de cette chaîne serait liée à un manque de productivité. D’aucuns affirment que ce serait pour faire de la place à une autre chaîne.

Les rumeurs ont enflé à la suite de la diffusion du journal télévisé du jeudi 24 août. Une rubrique était consacrée au changement de la grille de programmation ce jour- là. Or, aucune mention n’a été faite des programmes en bhojpuri. La diffusion, à partir du 1er septembre, de nouveaux feuilletons, longs-métrages, dessins animés et émissions a été évoquée. À l’annonce des changements à venir, la coordinatrice des chaînes, Madhvi Bissessur, a fait mention de nouveaux films en tamoul, télougou et marathi. Mais n’a pas dit un mot sur le bhojpuri. Ratage ?

Intérrogé par l’express, le président de la Bhojpuri Musicians and Singers Association, Sanjay Seegoolam, dit avoir été prévenu de cette éventualité. «J’en ai parlé au directeur général de la MBC, Mekraj Baldowa. Il m’a dit qu’on en parlera lors d’une prochaine rencontre. Mais déjà, toutes ces indications ne sont pas de bon augure», dit-il.

Également sollicitée, Sarita Boodhoo, présidente de la Bhojpuri Speaking Union, affirme avoir aussi été prévenue. «C’est très grave si cela s’avère. Car, on est un des rares pays à avoir une chaîne dédiée à la langue et à la culture bhojpuri 24/7. Sans compter que, si la MBC devait supprimer la chaîne bhojpuri, elle irait à l’encontre de la politique du gouvernement qui est pour la promotion des différentes cultures», dit-elle.

Pour sa part, Mekraj Baldowa déclare ne pas être au courant de ces suppositions. Quant à la rencontre dont Sanjay Seegoolam fait mention, le directeur général indique qu’il s’agit de rencontres habituelles avec l’association, qui est l’un des partenaires de la MBC. «Mais aussi, les changements de la grille de programmation n’en sont qu’à une première phase», dit-il.

Ce n’est pas la première fois que la menace plane. En 2015, la Bhojpuri Channel et la chaîne kréol étaient au coeur d’une polémique. Leur suppression avait été évoquée mais pas menée à terme.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires