Élections: quand le gouvernement peine à faire entendre ses consignes

Avec le soutien de
Kumar Koobarawa, Véronique Leu-Govind et Dany Chellen

Kumar Koobarawa, Véronique Leu-Govind et Dany Chellen

Les élections de la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation, qui se sont déroulées dimanche, ont démontré que le mot d’ordre du gouvernement n’est pas ou peu respecté. Bien que le gouvernement et même le Premier ministre aient soutenu l’équipe de Somduth Dulthumun, la majorité de ceux qui ont voté a fait fi de la directive donnée par le Bâtiment du Trésor. Et ce n’est pas un cas isolé.

Il y a trois semaines, il y a eu des élections au Mauritius Arya Ravived Pracharini Sabha. C’est une équipe proche du Parti mauricien social-démocrate (PMSD) qui a été élue. L’équipe de Kaviraj Sukon, proche du gouvernement, avait mordu la poussière lors de ces élections.

Le président de cette société, Satyam Gutty, affirme que son organisation est neutre et qu’il est disposé à travailler avec le gouvernement du jour. Pourtant, l’année dernière, lors de l’anniversaire de Xavier-Luc Duval, qui était encore Premier ministre adjoint, cette équipe avait organisé une réception dans un restaurant à Belle-Vue-Maurel.

Second mandat

Cette tendance a débuté en décembre dernier quand il y a eu des élections au niveau des conseils de districts. À Rivière-du-Rempart, Jim Christophe, proche du gouvernement, avait été désigné vice-président. Mais lors des élections, c’est un proche du Parti travailliste (PTr), en l’occurrence Kumar Koobarawa, qui a été élu.

À Flacq, Oumesh Rajkumarsing, qui était souvent à côté de Pravind Jugnauth, avait été soutenu par le gouvernement pour obtenir un second mandat comme président du conseil de district. Or, c’est Vikram Hurdoyal, qui avait fait bonne impression comme candidat indépendant lors des élections générales de 2014, et qui a été soutenu par des conseillers proches du PTr, qui a été élu président.

Au conseil de district de Rivière-Noire, le gouvernement avait tenté de placer un de ses candidats comme président aux élections de décembre dernier. Or, c’est Véronique Leu-Govind, habillée en bleu lors des élections, qui a été élue.

Même pour les élections au niveau des mairies, le mot d’ordre du gouvernement n’est pas respecté. Ainsi, à Curepipe, en juin dernier, le Muvman Liberater proposa une candidate, en l’occurrence Toorowtee Gokool, comme ajointe au maire. Mais, contre toute attente, Dany Chellen défia le mot d’ordre gouvernemental et se posa comme challenger. Et le poulain du PMSD devint adjoint au maire.

Interrogé, un député du Mouvement socialiste militant, qui a joué un rôle prépondérant aux élections du Mauritius Arya Ravived Pracharini Sabha, soutient qu’il ne faut pas prendre ces exemples pour dire que le gouvernement est impopulaire. Il avance que ce sont quelques cas qui n’engagent pas une grande frange de la population.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires