Liban: trois soldats tués par une mine à la frontière syrienne (armée)

Avec le soutien de
Samedi, des soldats libanais ont hissé le drapeau espagnol sur une colline reprise à l'EI en hommage aux victimes de ces attaques, a indiqué l'armée.

Samedi, des soldats libanais ont hissé le drapeau espagnol sur une colline reprise à l'EI en hommage aux victimes de ces attaques, a indiqué l'armée.

Trois soldats libanais ont été tués dimanche par l'explosion d'une mine dans l'est du pays frontalier de la Syrie, a rapporté l'armée qui mène une bataille contre le groupe Etat islamique (EI) dans une partie de cette région.

Les soldats étaient en route pour participer à l'offensive lancée samedi par l'armée libanaise pour chasser l'EI d'une région plus au nord de la zone où la mine a explosé, a indiqué une source au sein de l'armée.

«Un véhicule de l'armée a été touché par une mine (...) dans Jouroud Aarsal aujourd'hui, tuant trois soldats et blessant grièvement un» quatrième, a indiqué l'armée dans un communiqué.

La bataille se déroule dans Jouroud Ras Baalbeck et Jouroud al-Qaa (est), des zones situées à la frontière syrienne et au nord de Jouroud Aarsal.

Depuis samedi, l'armée a reconquis près d'un tiers du territoire contrôlé par l'EI dans ces zones, soit 30 km2.

Selon un porte-parole militaire, 20 combattants de l'EI ont été tués et 10 soldats libanais blessés dans les affrontements.

L'offensive de l'armée est une nouvelle opération menée contre l'organisation jihadiste la plus redoutée au monde et cible d'offensives dans d'autres pays du Moyen-Orient.

Responsable d'atrocités dans les régions sous son contrôle en Irak en Syrie, et d'attentats meurtriers sur plusieurs continents, l'EI a revendiqué une double attaque jeudi en Espagne qui a fait 14 morts et des centaines de blessés.

Samedi, des soldats libanais ont hissé le drapeau espagnol sur une colline reprise à l'EI en hommage aux victimes de ces attaques, a indiqué l'armée.

Le Hezbollah a de son côté déclaré samedi aussi le début d'une offensive pour déloger l'EI du côté syrien de la frontière, où le mouvement chiite combat les rebelles aux côtés du régime de Bachar al-Assad.

Le parti chiite avait chassé le mois derniers d'autres jihadistes et des rebelles de Jouroud Aarsal.

Samedi, les combattants du Hezbollah et l'armée syrienne ont "libéré 87 km² de la zone contrôlée par Daech (acronyme en arabe de l'EI) (...) dans la région du Qalamoun ouest", selon l'organe de communication du mouvement chiite.

L'armée libanaise a démenti toute "coordination" avec le Hezbollah ou l'armée syrienne.

Le Hezbollah est le seul parti libanais qui n'a pas rendu ses armes à la fin de la guerre civile du Liban (1975-1990). Son puissant arsenal est source de divisions au Liban, ses détracteurs accusant le parti d'être un Etat dans l'Etat.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires