Sécurité sociale: sa pension de retraite coupée pour la seconde fois en deux ans

Avec le soutien de
(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration)

Mauvaise surprise pour André Mario Etiennette et son épouse. À leur retour au pays, après une visite en Australie du 4 février 2017 au 28 juillet, ils découvrent que la pension du retraité n’a pas été versée. Cela, pendant des mois. Et pourtant, la loi est claire à ce sujet : «Where a citizen is temporarily absent from Mauritius for a continuous period not exceeding six months, such absence shall be disregarded.» Il lutte toujours pour retrouver sa pension de vieillesse et celle du travail de cette année-là.

En fait, ce n’est pas la première fois qu’André Mario Etiennette connaît un tel désagrément. Il avait vécu une situation semblable en 2015 après s’être rendu en Australie. La situation aurait pu perdurer si ce n’était pour une rencontre fortuite…

«Boul ping-pong»

C’est en 2015 qu’a commencé le calvaire d’André Mario Etiennette et de son épouse. Ces derniers étaient partis en Australie pour rendre visite à leurs enfants pour une période de six mois, soit de novembre 2015 à mai 2016. À leur retour au pays, avant l’expiration du délai, le retraité constate que sa pension de vieillesse et celle de son travail n’ont pas été versées depuis des mois.

La joie de vivre cède alors la place à l’angoisse. Il fait la navette entre Sainte-Croix, le ministère de la Sécurité sociale, à Port-Louis, et Rose-Hill pour se renseigner. Les officiers se renvoient la balle. «Mo dir ou finalman monn vinn koumadir enn boul ping-pong», lâche-t-il, exténué.

Sous les encouragements de son épouse, il s’est rendu à nouveau au bureau de la Sécurité sociale, à PortLouis, récemment. Dans l’ascenseur, il parle de ses tracasseries administratives avec son épouse. «Mo finn travay pou sa péi-la, azordi zot koup mo pansion parski mo finn vwayazé. Kot lazistis», se lamente-t-il. Au moment où ils sortaient de l’ascenseur, une dame, qui s’y trouvait aussi, les aurait approchés et leur aurait demandé de la suivre dans son bureau.

Une fois installée, la dame aurait ordonné à deux officiers de faire le nécessaire pour qu’on rembourse à André Mario Etiennette sa pension universelle et celle du travail, qu’il n’a pas reçues en 2015. Avant de se présenter comme la ministre de la Sécurité sociale… En sera-t-il de même pour celles de 2017 ?

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires