Que sont-ils devenus ? Rashid Soobadar: «Maurice a une bonne image à l’étranger»

Avec le soutien de
Rashid Soobadar, ancien ministre des Collectivités locales.

Rashid Soobadar, ancien ministre des Collectivités locales.

En 1995, Rashid Soobadar est candidat aux élections pour la dernière fois. Toutefois, le pédagogue, resté actif sur le plan professionnel, a maintenu des liens avec le monde politique. Ce qui lui ouvre des perspectives. Ainsi, à 72 ans, l’ancien ministre s’installera bientôt à la chancellerie mauricienne au Pakistan.

Malgré ses 72 bougies, Rashid Soobadar a l’allure et la démarche toujours athlétique. L’ancien ministre des Collectivités locales qui n’est plus à l’avant-scène de la politique, a une explication à la forme qu’il affiche. «Je n’ai jamais arrêté d’être actif. Je passe deux heures tous les matins à faire des exercices au Dauguet. Après j’assure mes cours et j’administre mon collège à Port-Louis», dit cet habitant du Ward IV portlouisien avec fierté.

Même, s’il n’a plus d’activité politique de premier plan depuis 1995, Rashid Soobadar a maintenu les contacts avec ses camarades d’antan. C’est ainsi que le leader du Mouvement socialiste militant (MSM) Pravind Jugnauth fait appel à lui lors des dernières élections pour «un coup de main au n°8». L’ancien ministre connaît bien la circonscription Quartier-Militaire-Moka, car il s’y est fait élire à deux reprises en 1982 et 1983.

Le soutien de l’ex-député de la circonscription nº8 a été apprécié par le chef du gouvernement car Rashid Soobadar sera nommé haut commissaire de Maurice au Pakistan. Il prendra ses fonctions dans les prochains jours. L’ancien ministre ne sera pas pour autant projeté dans un monde qui lui est inconnu. Il a été ambassadeur en Égypte de 2005 à 2010. Ce nouveau défi ne l’inquiète guère. «Maurice a une bonne image à l’étranger», affirme-t-il.

Rashid Soobadar s’est engagé à la fin des années 70. De retour au pays en 1979, après des études en économie, il prend de l’emploi à l’Imperial College, à Curepipe. Avec ses collègues, dont Rex Stephen et Kishore Pertab, aujourd’hui avocats, il s’active au sein de l’Union of Private Secondary Education Employees (UPSEE). À cette même période, Harish Boodhoo anime la contestation au sein du Parti travailliste (PTr). Il parle de spiritualiser la politique. «J’ai été séduit par les propos d’Harish et son désir de réformer la politique», dit le pédagogue.

Par l’intermédiaire des amis, Rashid Soobadar rencontre Harish Boodhoo et il se retrouve parmi les fondateurs du Parti socialiste mauricien (PSM). En 1981, sur les conseils du leader du PSM, l’enseignant décline un poste d’Education Officer pour poursuivre son action politique. C’est tout naturellement qu’il est candidat dans la circonscription no 8 aux côtés de son collègue de parti Vinod Goodoory et de Rama Poonoosamy du Mouvement militant mauricien (MMM). Rashid Soobadar se retrouve à l’Assemblée nationale. Mais hélas, neuf mois plus tard, c’est la cassure du gouvernement MMM-PSM. L’ex-député Soobadar en garde un souvenir désagréable. «C’était une déchirure. J’en suis toujours bouleversé. Nous avions abusé de la confiance du peuple», confie-t-il.

Aux élections d’août 1983, Rashid Soobadar se fait réélire au nº8 sous la bannière de l’alliance Bleu-Blanc-Rouge. En 1985, il est nommé ministre des Administrations régionales. Mais un an plus tard, il démissionne et prend ses distances du MSM.

Par la suite, l’éducateur reprend ses activités professionnelles. Il retrouve la politique active en 1995 quand il est sollicité par sir Anerood Jugnauth. Il est alors candidat dans la circonscription no4 (Port-Louis-Nord-Montagne-Longue), mais c’est la déroute.

Tous les candidats du MSM sont battus. Soobadar retourne à son métier. Puis, en 2004, il crée le City College. Toutefois, peu après, il reprend ses activités politiques au sein du Mouvement militant socialiste mauricien (MMSM) de Madan Dulloo. Aux élections générales de 2005, Rashid Soobadar n’est pas candidat. Mais l’Alliance sociale dont fait partie le MMSM remporte les élections. Le Premier ministre d’alors, Navin Ramgoolam, nomme Soobadar ambassadeur en Égypte.

À son retour au pays en 2010, l’exambassadeur se tient loin de la politique, jusqu’en 2014. Il ne regrettera pas de s’être engagé à fond dans la campagne électorale à la requête de Pravind Jugnauth. Aujourd’hui, le leader du MSM reconnaissant l’expérience de son ami, l’a nommé haut-commissaire au Pakistan. Rashid Soobadar s’envolera très prochainement pour Islamabad.

Son parcours

  • Ministre en 1985 et 1986
  • 1979-2017 : Enseignant (en congé de 1985 à 1986 et de 2005 à 2010)
  • 1979 : Membre fondateur du PSM
  • 1985 : Ministre des Collectivités locales
  • 1995 : Battu aux élections générales dans la circonscription no4
  • 2004 : Créé le City College
  • 2005 : Ambassadeur au Caire
  • 2017 : Nommé ambassadeur au Pakistan
Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires