Grande-Rivière-Sud-Est: Jerry Marondel, la patience du charpentier marin

Avec le soutien de
Bien que le bois ait une durée de vie plus longue, les gens lui préfèrent la fibre de verre, note avec regret ce pêcheur et charpentier marin expérimenté.

Bien que le bois ait une durée de vie plus longue, les gens lui préfèrent la fibre de verre, note avec regret ce pêcheur et charpentier marin expérimenté.

Il est pêcheur depuis une vingtaine d’années déjà. Il habite sur la côte, à Grande-Rivière-Sud-Est, et l’océan lui fait gagner son pain. Mais Jerry Marondel ne se contente pas seulement de jeter ses filets, il aime aussi le bois. Il est aussi charpentier marin, quand il a du temps libre.

Une profession qui se raréfie de plus en plus. Il est d’ailleurs le seul qui assure la réparation des bateaux de pêche à Grande-Rivière-Sud-Est mais, faute de moyens, il ne peut exercer à plein temps ce métier qu’il connaît depuis l’âge de 14 ans. «Mo ti ena 14 an kan mo ti tous mo bann premie zouti. Mo ti al kot mo gran tonton Bambous-Virieux. Zot tou konn li par Ton Pierre laba. Li ti enn sarpantie marin. Mo ti ale pou donn enn koud min. Li ti ena tou so bann zoutil. Mo ti inpresione e linn truv mwa interese. Linn dir mwa kifer to pa donn enn koud min. Monn reste et monn komans par donn koud min.»

Jerry Marondel se rappelle la première fois qu’il a manié les outils de son ‘gran tonton’. «Kan mo ti fek aprann, ti pe servi lars bardo ki enn lars bien fite, lerminet, sa se enn lasi ki ou pa pou trouve aster. Li ti ena enn masinn perse ki tourn avek la min. Mo ankor ena enn lakaz. Enn souvenir ki monn garde sa. Aster servi zis masinn.» Père de quatre enfants, il avoue que c’est le manque de ressources qui complique le travail. «Mo pena ase resours. Donk mo fer travay la avek seki mo ena e lavi ser pou le moman. Li bien dir. Akoz samem ki monn aret sarpantie. Fer sink ou sis an mo prefer al lapes ek fer sarpantie zis kan mo gagn enn ti letan.»

«Enn bato dibwa kapav al ziska 30 à 40 ans.»

Toutefois, le manque de ressources n’est pas la seule raison qui pousse ce métier vers la disparition, ajoute-t-il. «Aster bann dimoun pa trop rod bann sarpantie marin. La plipar al dan Mahébourg. Kot banla fer avek masinn. Enn misie ti vinn get mwa pou ranz so bato. Akoz mo pena masinn linn prefer al Mahébourg.»

Pour lui, les gens sont impressionnés par les machines plutôt que par le travail de qualité. «Zot pa pou get kalite e dirabilite me zot pou decide avek premie kou dey.»

Il soutient que le charpentier marin assure un travail durable et bien détaillé. «Konpare ar bann masinn ki tay dibwa bien plat, nou al rod bann brans ek bann pie. Nou rod bann brans ki deza tourne et gagne forme la ek li pli dirab. Nu servi dibwa zak, tekoma. Lontan ti pe servi dibwa lila osi me aster pa fer sa.»

Pour lui, «dousman dousman travay la pe ale. Bann dimoun pe tourn plis ver bato fib osi. Seki zot pa realize seki mem si bato dibwa bizin tret boku, bann bato fib defonse vit. Si ou gard enn bato dibwa bien, li kapav al ziska 30 à 40 an e avek dibwa ou kapav met vwal tandi ki fib ou bizin moter».

Si Jerry Marondel réalise que ce métier perd de sa valeur, pour lui c’est une fierté de posséder ce savoir-faire. «Mem si travay la pa parey, li bon ki nou konn enn zafer de nou zanset. Si dimoun met lespri pou konn enn metie, se enn fierté.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires