Nehru Nagar: Village ignoré du développement

Avec le soutien de
Les habitants doivent marcher de longues distances. Ci-dessous: football dans la rue, à défaut d’un terrain.

Les habitants doivent marcher de longue distance. Ci-dessous: football dans la rue, à défaut d’un terrain.

Ce village pèche par un service de transport en commun inadéquat, obligeant les habitants à marcher de longue distance pour attraper l’autobus ou à débourser pour avoir un taxi. Sans compter des rues non éclairées et le manque de loisirs pour les jeunes.

«Lontan ti pe apel sa vilaz la Camp Bouyon, parski ti ena boku brèd mouroum isi.» C’est avec un large sourire que Badri Haral, habitant de Nehru Nagar, raconte l’histoire de son lieu de naissance. Assis à l’entrée du village, à l’ombre d’un arbre, en compagnie de son ami Anand Gosawun.

C’est pour eux un rendez-vous quotidien que de se retrouver là pour évoquer leurs souvenirs. «Nou inn ne e nou inn grandi isi. Lontan tousa semin la ti an ros. Zis saret bef ti pe pase la. Pa ti ena ni kouran ni telefonn. Ti ena zis lakaz lapay. Nou inn truv boku devlopman.»

Si ces deux septuagénaires se contentent des facilités dont ils disposent, d’autres habitants, eux, déplorent un manque de développement et d’infrastructures. Pour eux, leur village tombe dans l’oubli. Le plus gros problème que rencontrent ces habitants est le transport en commun qui fait défaut.

Rajesh Mungra, un représentant des forces vives du village, explique que les habitants doivent parcourir une longue distance pour prendre l’autobus. «Isi pena bis ki pase. Pou déplase nou bizin marse al Argy, aprè al Flacq. Pou al Argy mem li preske enn kilomet. Ena taksi ki travay isi. Me la osi zot pou atan ki tou plas ranpli pou bouge. Sa li enn problem lematin pou bann abitan. Bizin atan boku parfwa. Kan pou retourne osi bizin pran taksi depi Flacq, desann Argy, apre marse retourn isi. E bann taksii pran ser. Parfwa ou bizin pey Rs 150 pou ou retourn ou lakaz. Lapli soley, bann vie dimoun, madam ansint e bann malad zot tou bizin marse.»

Les habitants doivent non seulement braver les  intempériess pour se déplacer mais ils courent beaucoup de risques aussi en chemin. «Ena enn semin nef me pena lécleraz. Aswar kan ou retourne ou mars dan nwar parfwa. Lot fwa la mem enn madam ti pe retourne avek so légim. Li ti pe marse. Bann voler inn atak li. Linn bizin kit tou en plas pou sap so lavi. Li enn danze parski ban malfra kone ki nou bizin pas par la et pena lalimier», ajoute Utam Gosawun, autre habitant.

Un minimum requis

Outre le manque de transport, ce dernier ajoute qu’il n’y a pas d’école pour les enfants. «Pena lekol isi. Bizin anvoy bann zanfan lekol lot landrwa. Bizin pey vann pou ki zot kapav al lekol.» Pour cet habitant, ces enfants manquent de ressources et d’encadrement. Même s’ils ont un centre de loisirs, les gamins de l’endroit eux veulent avoir un terrain de football. «Zot pena laplenn pou zwe. Zot pa kapav zwe foutbol dan sant tansion zot blese. Zot pa bizin enn gran laplenn me mem enn tipti kot zot kapav defoul zot. Sirtou ki la inn gagn konze lekol.»

Un autre souci des villageois est le problème d’accumulation d’eau dans certaines rues. «Parfwa delo akimile. Gro flak delo res devan laport pandan 2-3 zour. Savat soulie tou tranpe. Kan zanfan bizin al lekol nou fer zot tir zot soulie et pase», raconte Vikram Jhurry de Betka Lane, où ce problème est récurrent. Si les habitants se contentent du peu de facilités à leur disposition, ils pensent mériter un minimum comme dans certains endroits.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires