Mont-Choisy: la plage prise d’assaut par les scouts

Avec le soutien de
Lorsqu’ils sont au grand air, les scouts oublient télévision et téléphone portable.

Lorsqu’ils sont au grand air, les scouts oublient télévision et téléphone portable.

La plage de Mont-Choisy a été envahie par des camps de clubs de scoutisme car leurs membres sont en vacances. Ces enfants de 12 à 16 ans ne craignent ni le froid ni le mauvais temps.

La durée de leur séjour sur ce littoral est d’une semaine. L’objectif du scoutisme est de vivre sans confort et d’apprendre à apprécier les choses simples de la vie. Rencontre avec le club de scouts de 6 Upper Plaines-Wilhems.

À 11 heures, tous préparent le déjeuner. Au menu, «enn bon ti minn bwi rougay somon». Ils ne désespèrent pas. Au contraire, ils semblent joyeux de pouvoir être à la plage, même si le temps est gris et maussade. Le plus important pour eux, c’est d’être entre amis et de pouvoir profiter des vacances en plein air, sans avoir besoin de la télévision et du téléphone portable.

Les scouts étant timides et préférant vaquer à leurs tâches, nous sommes accueillis par leur chef, Randy Roget, 21 ans. Ce dernier se dit ravi de pouvoir partager ce moment avec les petits. «C’est un moment intense que nous vivons chaque année. Le but est que les plus jeunes prennent conscience qu’il y a une vie en dehors de la technologie et de l’Internet. Nous avons tendance à rester une journée entière à la maison devant nos appareils digitaux. Le scoutisme est aussi un moyen d’encourager la pratique d’activités physiques», explique-t-il.

Pendant cette semaine à la plage, plusieurs activités ont été prévues pour eux : match de foot, natation ou encore tug of war. Des loisirs qui les occupent et qui ne laissent pas la place à l’ennui. Pendant les activités sportives, les enfants apprennent aussi à avoir l’esprit d’équipe. «Ils sont tous frères ici», poursuit Randy Roget. «Ils font tout ensemble et s’entraident.»

Le plus important, c’est de les mettre dans des conditions réelles de la vie. «Il est bon de les faire sortir du confort auquel ils sont habitués à la maison. Ici, ils doivent préparer à manger sur le bois car il n’y a pas d’électricité. Ils n’ont pas droit au portable et plus important encore, ils se débrouillent seuls. Les parents ne sont pas là pour les assister ou les guider. Cette soudaine indépendance et cette responsabilisation les aident à forger leur caractère.»

Durant cette semaine de camping, le plus dur a été de rester sans eau courante car il y a souvent eu des coupures. «On a beaucoup souffert. Mais comme je vous l’ai dit, on essaie de s’adapter aux circonstances et de trouver ensemble des solutions.»

Ce n’est que l’année prochaine que les 20 enfants du groupe de scouts de 6 Upper Plaines-Wilhems et leur chef iront à nouveau camper. Mais cette année, ils organiseront d’autres événements. Randy Roget précise que chaque année, ils se rendront sur une plage différente. «Par exemple, cette année, nous sommes à Mont-Choisy. L’année prochaine, nous pourrions très bien être à Blue-Bay ou encore à Flic-en-Flac.»

Pour l’heure, ce qui est sûr, c’est qu’après cette semaine passée à la mer, les petits seront tristes de regagner leur maison...

Les scouts du club 6 Upper Plaines-Wilhems s’activent à la préparation du repas.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires