Nita Juddoo: «Ma force est que j’ai les mains propres»

Avec le soutien de
 Nita Juddoo est la candidate du MMM à l’élection partielle au n°18.

Nita Juddoo est la candidate du MMM à l’élection partielle au n°18.

La campagne pour l’élection partielle à Belle-Rose–Quatre-Bornes a démarré officiellement le vendredi 28 juillet 2017. Dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Je suis très confiante. Il y a eu une belle assistance (NdlR, au Hennessy Park Hotel pour le comité central) pas seulement de Quatre-Bornes mais de différentes régions du pays. On sent l’équipe soudée et disposée à travailler. Il fallait attendre que je sois présentée et que j’aille sur le terrain car le MMM est bien structuré.

Quelle est la réaction des citadins à votre égard ?

Très bonne. Les gens ne me connaissent pas mais ils ont une attitude positive. Je leur donne l’occasion de me connaître. Il y a une synergie entre nous. Je travaille en équipe avec Vijay Makhan.

Qu’en est-il des reproches ?

Aucun. Sur les réseaux sociaux, les gens racontent ce qu’ils veulent. Mais sur le terrain, je n’ai pas eu de critiques négatives.

Le MMM a dévoilé son slogan, intitulé «Sauvez l’île Maurice» lors de sa conférence de presse hebdomadaire. Comment comptez-vous procéder ?

Il n’est un secret pour personne qu’il y a une cacophonie généralisée dans le pays. Les institutions ne fonctionnent pas. Les scandales s’enchaînent. Il y a beaucoup de problèmes. Pour moi, sauver le pays, c’est avoir une alternance pour remonter cette pente.

D’un côté, il y a un candidat chevronné en la personne d’Arvin Boolell et, de l’autre, Dhanesh Maraye, jeune comme vous. Vous êtes également la seule candidate féminine. Face à ces deux candidats, est-ce une faiblesse ?

Pas du tout. C’est une force. Tous les partis politiques n’arrêtent pas de dire qu’il faut plus de parité, valoriser la femme et que celle-ci soit davantage représentée. Mais on passe là-dessus et cela devient un non-événement quand le MMM fait quelque chose. Là, c’est silence radio. Je suis très fière de représenter les femmes.

Quelle sera votre force pour cette élection partielle au n°18 ?

Ma force est que j’ai les mains propres. Je ne traîne pas de casseroles. Or, cela est devenu une réalité en politique. Je suis directe et propre. Je fais partie du MMM qui a une certaine rigueur et une certaine droiture. Le leader n’a pas de procès en cour, qui pendent sur sa tête comme une épée de Damoclès. Les mauves présentent une personne qui n’est pas embourbée dans des scandales et qui, de surcroît, est une femme.

S’il s’avère qu’il y a une partielle et que vous n’êtes pas élue, peut-on s’attendre à votre candidature aux prochaines législatives ?

Absolument. Nous ne sommes pas là pour perdre mais pour gagner. Cependant, on ne peut rien prévoir. Ce n’est qu’une partielle. Mais c’est un pas vers les élections législatives.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires