Meurtre de Rosita Cupidon: deux suspects disculpés

Avec le soutien de
C’est le 28 octobre 2014 que le corps de Rosita Cupidon, 65 ans, avait été retrouvé à Terre-Rouge, Rodrigues.

C’est le 28 octobre 2014 que le corps de Rosita Cupidon, 65 ans, avait été retrouvé à Terre-Rouge, Rodrigues. 

Nathaniel Ravina et Sidney Larose ne peuvent cacher leur joie. Depuis une semaine, ces deux hommes, soupçonnés dans le meurtre de Rosita Cupidon, une veuve âgée de 65 ans, ont été relaxés.

Nathaniel Ravina et Sidney Larose ont été provisoirement accusés du meurtre de la sexagénaire. Cette dernière, qui vivait à Terre-Rouge, à Rodrigues, n’avait pas d’enfants. Un autre suspect dans l’affaire, un adolescent de 17 ans dont le grand-père est le frère de Rosita Cupidon, les avait inculpés.

Sollicité, Sidney Larose confie qu’il a vécu deux années de stress, ne comprenant toujours pas comment son nom a pu être cité alors qu’il ne connaissait la victime ni d’Ève ni d’Adam, dit-il. «Je n’avais jamais cru qu’on m’impliquerait dans un cas de meurtre, mais dorénavant, j’essaie d’oublier ce cauchemar», avance-t-il.

Mais, bien qu’il veuille tout mettre de côté, depuis son arrestation, il s’est retrouvé au chômage. «Les voisins m’ont certes bien traité à Rodrigues, mais je peux dire que je n’ai pas pu continuer à travailler, étant donné que je devais me rendre au poste de police de la localité trois fois par semaine. Aucun employeur n’aurait accepté une telle situation», poursuit celui qui travaillait comme maçon.

Pour survivre, sa famille a dû solliciter l’aide des proches ou des voisins. «Les voisins ont aidé mes enfants sur le plan scolaire. J’ai eu le support des villageois dans ce malheur», soutient notre interlocuteur, père de quatre enfants, âgés de 2, 4, 8 et 11 ans.

Quant à l’adolescent, il n’est pas tiré d’affaire : la charge provisoire qui pèse sur lui a été maintenue. Selon l’enquête, cette affaire a pour toile de fond un cambriolage qui aurait mal tourné.

C’est dans la cour de son voisin, à Terre-Rouge, que le corps de la victime avait été découvert, à moitié dévêtu. Celle-ci avait vraisemblablement tenté de chercher de l’aide. Le rapport de l’autopsie pratiquée sur la victime a attribué sa mort à une fracture de crâne ayant provoqué une hémorragie. Celui-ci a aussi confirmé que la vieille dame avait subi des violences sexuelles.

 C’était par le biais de leur avocat, Erickson Mooneapillay, que ces deux Rodriguais avaient réclamé la radiation de la charge de meurtre qui pesait sur eux. Et le 19 juillet, la cour a accédé à leur demande.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires