Après un clash entre voisins: Bouldou mutilé et battu à mort

Avec le soutien de
Bouldou a subi plusieurs fractures et a perdu un oeil.

Bouldou a subi plusieurs fractures et a perdu un oeil. 

Il s’est acharné sur l’animal, lui fracturant les épaules et lui crevant l’oeil… Bouldou, le chien de Madvi Neehaul, une habitante de Mont-Goût, n’a pas survécu à cette agression sauvage perpétrée par un habitant de la localité. La mère de famille a porté plainte au poste de police de Pamplemousses. Elle dit craindre pour sa sécurité et celle de ses deux enfants. «Aujourd’hui, c’est arrivé à mon chien. Demain, cela pourrait m’arriver  à moi et à mes enfants…»

Les faits se sont produits la semaine dernière, raconte Madvi Neehaul. Il était aux alentours de 22 h 30. «J’allais prendre ma douche quand j’ai entendu mon chien hurler de douleur.» Elle se précipte à l’extérieur. «J’ai vu mon voisin qui s’enfuyait. Il avait un bâton à la main.» Lorsqu’elle se rend au chevet de son chien, c’est l’horreur… Bouldou est en sang. «Il agonisait…» Transporté d’urgence chez un vétérinaire par des travailleurs sociaux, Bouldou n’a pas survécu…

Selon Madvi Neehaul, cela fait quelque temps déjà que Bouldou était dans le collimateur de ce voisin âgé d’une trentaine d’années. Les Neehaul se sont installés à Mont-Goût, il y a environ trois mois, et entretiennent de bonnes relations avec le voisinage. «Mais j’ai remarqué que cet individu, qui habite à quelques mètres de chez moi, avait l’habitude de taquiner Bouldou», dit la mère de famille. Ce dernier prenait même un malin plaisir à lui lancer des pierres. «Quand on lui demandait des explications, il répliquait que Bouldou lui courait après.» Or, insiste Madvi, son chien était en permanence dans le garage.

Depuis la mort tragique de Bouldou, Madvi Neehaul, qui vit seule avec ses deux enfants, dit craindre pour la sécurité de sa famille. «Je ne veux plus sortir de chez moi. Mon voisin m’a clairement fait comprendre que cette affaire ne va pas s’arrêter là.» D’ailleurs, clame-t-elle, après l’arrivée des policiers, il lui aurait lancé : «Mo pou touy twa si.»

L’ONG Second Chance Animal Rescue réclame des sanctions

L’ONG Second Chance Animal Rescue (SCAR) est très remontée suivant cet acte de violence gratuite dont a été victime Bouldou. «Imaginez à quel point cette personne s’est s’acharnée sur ce chien. Il n’a pu ni se sauver ni se défendre. Il a subi plusieurs fractures et a même perdu un oeil… Cela faisait peine à voir», raconte Sunita Juddoo, une des membres de l’organisation. Sameer Goolam, le président de SCAR, est également indigné par cet acte. «C’est écœurant de voir que des personnes puissent être à ce point sans cœur. J’espère que le responsable sera traduit en justice», insiste-t-il avec force.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires