Parlement: l’Economic Development Board Bill voté à minuit

Avec le soutien de
Les travaux parlementaires ont pris fin. Ils reprendront le 24 octobre.

Les travaux parlementaires ont pris fin. Ils reprendront le 24 octobre.

Après plus de quatre heures de débats, l’Economic Development Board (EDB) Bill a été voté à minuit hier soir, sans amendement. 

Présenté en deuxième lecture par le Premier ministre et ministre des Finances et du Développement économique, Pravind Jugnauth, le projet de loi propose la création d’une nouvelle structure au sein de laquelle trois institutions, nommément le Board of Investment (BoI), Enterprise Mauritius et la Financial Services Promotion Agency (FSPA) fusionneront leurs activités 

Résumant les débats, Pravind Jugnauth a rejeté en bloc les critiques de l’opposition portant sur la création de cette nouvelle institution. Il a affirmé que l’avenir dira si le gouvernement a eu tort de proposer la création de ce bureau qui sera appelé à donner un boost au secteur d’exportation, tout en assurant une meilleure cohérence, voire une plus grande synergie, entre ces trois agences.

Le Premier ministre a dressé un parallèle entre la Mauritius Revenue Authority (MRA) et l’EDB dans la mesure où, au moment de la création de l’autorité fiscale, les mêmes critiques étaient formulées contre sa raison d’être vu qu’elle était censée regrouper plusieurs institutions, comme la division Income Tax et le département des douanes, entre autres. 

Aujourd’hui, dit-il, l’institution de l’EDB fait face aux mêmes arguments. Entre-temps, le Premier ministre note que l’histoire a donné raison au gouvernement MSM-MMM d’introduire la MRA, vu qu’aujourd’hui elle est devenue un exemple d’efficience et sert de modèle aux nombreux pays africains qui souhaitent le répliquer.

Pravind Jugnauth a par ailleurs rassuré les employés de ces trois agences de promotion qu’ils n’ont aucun souci à faire quant à leur avenir professionnel. Il annonce dans la foulée la mise en place d’un comité qui se chargera d’assurer leur transfert à la nouvelle institution. 

Six orateurs sont intervenus sur ce projet de loi. Il est revenu à Dan Baboo, du PMSD, de donner la réplique au chef du gouvernement et ce, en présence du leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval. Il s’est interrogé sur la raison d‘être de cette nouvelle institution, estimant que le Board of Investment remplit déjà ce rôle, soit d’agir comme une institution de promotion et de facilitation des affaires auprès des opérateurs économiques et des investisseurs. Selon lui, il n’y a pas de doute que la nomination de ses directeurs et de son Chief Executive Officer ne se fera pas sur la base de la méritocratie mais davantage sur leur proximité avec les politiques ou encore avec les familles proches du pouvoir. Comme cela a été le cas, dit-il, avec les nominations au sein de Landscope Ltd.

Pour Ashit Gungah, ministre de l’Industrie et du commerce, avec le monde qui évolue rapidement, il y a nécessité de constituer des institutions susceptibles de soutenir la croissance des exportations et accessoirement celle de l’économie du pays. 

Il se réjouit que suivant l’institution de cette méga structure, le pays soit en train de se donner les moyens techniques et logistiques afin de faire face à la concurrence de certains pays dans le secteur de la manufacture, comme la Chine, l’Inde, le Vietnam et le Bangladesh. 

Quant au député de l’opposition et porte-parole économique du MMM, Reza Uteem, il s’est demandé si cette superstructure n’opèrera pas en parallèle auprès du gouvernement ou auprès du ministère des Finances. 

Ritesh Ramphul, député du Parti travailliste et Sudesh Rughoobur ont également pris part aux débats.

La prochaine séance parlementaire a été fixée au 24 octobre.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires