Grande-Rivière-Sud-Est : tension chez les opérateurs de grillades de l’île aux Cerfs

Avec le soutien de
L’Association BBQ île aux Cerfs GRSE compte résister au projet de délocalisation qui leur pend au nez.

L’Association BBQ île aux Cerfs GRSE compte résister au projet de délocalisation qui leur pend au nez.

Ils campent sur leurs positions. Les opérateurs de barbecue ne veulent pas bouger. Or, la décision a été arrêtée. Ils devront délocaliser leurs opérations à l’îlot Couba ou à l’îlot Mangénie.

EN 2014, il avait été convenu de trouver une solution par rapport aux opérateurs de grillades ambulants. À l’époque, ces opérateurs étaient dans l’actualité pour diverses raisons : concurrence déloyale, non-respect des règles d’hygiène, altercations et manque d’infrastructures. À présent, ils sont dix opérateurs qui font le commerce de grillades sur l’île aux Cerfs.

À la suite d’une rencontre en juin entre le ministre du Tourisme, Anil Gayan, la Tourism Authority, la direction de Sun Resorts et les opérateurs de barbecue à l’île-aux-Cerfs, un consensus semblait avoir été trouvé. Il leur a été demandé d’évacuer l’île-aux-Cerfs.

Kailashwarnath Chuttoory, représentant de l’Association BBQ île aux Cerfs GRSE, considère cette décision comme étant injuste à leur égard. Pour lui, ce projet de délocalisation doit être revu. Il ajoute que dix opérateurs ne suffiront pas pour fournir un service de qualité. «Pou al lor lîlo Manzéni zis dix dimounn pa pou ase.»

Il ajoute que cette décision aura des répercussions sur les touristes et tous les autres commerces concernés. «Si zot pé pansé pou déplas nou, zot pou bizin rékomans enn marketing. Kan pou dir touris aprè kaskad kan pou al lîlo serf pa pou ena dézené, zot éna sans refiz balad.»

Petit à petit la situation pourrait les pousser à mettre la clef sous le paillasson. «Si bann touris komans refiz travay, li normal ki nou pou retrouv nou dan enn sitiasion kot nou pou bizin areté otomatikman», ajoute-t-il.

Même son de cloche émanant de cet autre opérateur, qui s’insurge contre le changement qu’enclenchera le projet de délocalisation. «Avan nou ti pé pey lotorité Rs 24 000. Aster nou pou bizin pey Rs 30 000. An plis, li pou pran plis létan ek distans. Nou pou bizin sorti Grande-Rivière-Sud-Est pou al Trou-d’Eau-Douce.»

Certes, auparavant le commerce de grillades rapportait de l’argent. Toutefois, cela a attiré une concurrence terrible, ce qui ferait que «nou pa gagn gran zafer aster. Si par zour mo gagn 4 klian e mo van enn pla griyad Rs 300, mo gagne zis Rs 1 200. Ladan mo bizin tir mo lesans e pey enn ti manev. E la osi mo pou bizin ramasé pou pey lotorité so Rs 30 000 apre. Be komie profit mo fer? E lor la zot pé bouz nou. Pé anvoy nou enn plas kot pa sir».

Dilip Sanota, lui aussi opérateur de grillades, se pose cette question : «Kouma nou pou fer pou zwen dé bout ? Seki zot pa realize, letan osi extra afekté nou. Kan létan pa bon, bann klian pa vini. E sa lil kot zot pe avoy nou la, li plat, li vid. Ki klian pou rod vinn manze laba ?»

Depuis dix ans déjà, les opérateurs de grillades, les autorités et la direction de Sun Resorts se sont lancés dans des discussions. Si au début, c’était une question de respect des normes, la suite a inclus le manque d’infrastructures. Ce qui amène Kailashwarnath Chuttoory à parler de manipulation et de stratégie des autorités.

«Nou anvi konpran osi kifer zot pe bouz nou. Lil o serf rézervé o piblik. Laplaz la li pou piblik. Pou ki rezon pe tir nou laba ? Eski zot ena kit proze laba ? Eski se enn piez ? Nou bizin enn lakor e enn solision pou ki nou kapav gard nou travay», martèle-t-il.

Contacté à ce sujet, Hamelot Marc, directeur général de l’île aux Cerfs, précise que les opérateurs de grillades seront déplacés sur l’îlot Couba mais il ne peut dire quand. Selon lui, la décision de délocaliser les opérateurs est celle des autorités.

«Le ministère veut réinstaurer le tourisme en toute légalité avec toutes les infrastructures d’hygiène. Nous accompagnons le ministère dans cette démarche. Il faut tout faire dans un cadre légal.» Il a aussi expliqué que vu le nombre grandissant de touristes, il est nécessaire de suivre les normes d’hygiène. «Nous aussi nous voulons que ça soit une bonne transition», a-t-il ajouté.

L’Association BBQ île aux Cerfs GRSE compte résister au projet de délocalisation qui leur pend au nez.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires