Le rapport entre nature, art et science sous la loupe d’Ismaïl Serageldin, directeur de la Bibliothèque d’Alexandrie

Avec le soutien de
 Ismaïl Serageldin a été un haut cadre à la Banque mondiale où il a travaillé de 1972 à 1998. Il a été, entre autres, vice-président pour le Développement environnemental et social durable.

Ismaïl Serageldin a été un haut cadre à la Banque mondiale où il a travaillé de 1972 à 1998. Il a été, entre autres, vice-président pour le Développement environnemental et social durable. 

L’économiste égyptien de renommée mondiale Ismaïl Serageldin se trouve en ce moment à Maurice. Actuellement directeur de la Bibliothèque d’Alexandrie, il a été invité par la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, pour participer à un colloque qui se tient le mardi 18 juillet 2017 à l’université de Maurice.

L’express a rencontré Ismaïl Serageldin ce lundi soir à un cocktail organisé par l’ambassade égyptienne à l’hôtel Holiday Inn à Plaine-Magnien. Il a indiqué que le thème du colloque tourne autour du rapport entre la nature, l’art et la science. Il nous confie ce qu’il pense de ce thème. 

«Je pense que c’est un très bon choix, dit Ismaïl Serageldin. Chaque société s’exprime à travers son art ; toutefois elle vit avec la nature. Elle a besoin de la science pour améliorer le quotidien, le niveau de vie des citoyens mais aussi pour traiter avec la nature, protéger le legs que nous avons dans notre écologie, mais en même temps préparer les générations futures.»

Qui est Ismaïl Serageldin ?

Ismaïl Serageldin a été un haut cadre à la Banque mondiale où il a travaillé de 1972 à 1998. Il a été, entre autres, vice-président pour le Développement environnemental et social durable. 

Cet auteur prolifique (il a écrit une centaine de livres) a choisi pour thématiques le développement rural, l’utilité de la science pour la société, la biotechnologie etc. Il est le conseiller du Premier ministre égyptien pour tout ce qui touche à la culture, à la science et aux musées. 

Il a reçu de nombreuses distinctions. A titre d’exemple, en 2011, il a été fait commandeur des Arts et Lettres par le gouvernement français. Celui qui détient un Master’s et un doctorat de l’université de Harvard a à son actif 36 doctorats honoraires. C’est une véritable sommité, donc, qui participera au colloque de ce mardi au campus du Réduit.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires