L'express leaks du dimanche 02 juillet au vendredi 07 juillet

Avec le soutien de

Des bruits de couloir, les derniers buzz ou les derniers scandales, l'express vous dévoile ici ce que les autres vous cachent.

Qui a invité Lise Coindreau ?

Embarras évident hier lors de la cérémonie de lancement du film hollywoodien «Serenity» de Steven Knight au Maradiva Villas Resort and Spa. Tout le monde, à commencer par la direction de l’hôtel et le PMO, s’est demandé ce que faisait Lise Coindreau à cette soirée dont les invités devaient être triés sur le volet. La VIPSU a demandé aux journalistes que la photo de la femme d’affaires n’apparaisse nulle part.

Menaces et tâches

Cette responsable d’une école du Nord ne fait pas du tout l’unanimité. Que ce soit chez les élèves ou les enseignants. Ces derniers ont envoyé une lettre au ministère de l’Éducation pour dénoncer l’attitude de la dame et demander une enquête approfondie. Selon eux, elle utiliserait un langage menaçant, voire inapproprié, à l’égard du personnel. De plus, la lettre allègue qu’elle se servirait des élèves pour faire des tâches hors cadre.

Fidèle à landscope

Christophe Leroux, fervent défenseur du patrimoine, s’est fait tout petit avec le scandale de la démolition de La School. Ce qui a étonné dans le milieu. La raison est que le principal concerné est un employé de Landscope Mauritius, chargé du projet de la nouvelle Cour suprême qui sera construite sur le site rasé.

Pas d’«express» pas de liberté

Après les passagers d’Air Mauritius, c’est au tour des détenus de la prison de Melrose d’être privés du quotidien «l’express». Un détenu a contacté la rédaction pour faire part de son agacement face à cette situation. Pourtant, nous a-t-il affirmé, d’autres quotidiens sont toujours disponibles. L’ordre serait venu du commissaire des prisons et devrait toucher toutes les institutions pénitentiaires du pays. Quelle pourrait bien être la raison cette fois ?

Ironie de la COM

N’est-il pas censé être chargé de la communication d’un ministère ? Pourtant, l’attaché de presse d’un ministre a indiqué qu’il ne faut pas qu’on le voie trop parler aux journalistes dans les lieux publics, de peur qu’il soit taxé d’informateur de la presse indépendante.

En garde

Un journaliste chevronné de la station de radiotélévision nationale n’a pas caché son agacement lorsque deux journalistes issus de la presse indépendante ont interpellé Sanjeev Teeluckdharry. Ce, au bureau de ce dernier après son audition devant la commission drogue. Il a fait entendre son désaccord lorsque ses jeunes confrères ont posé des questions qui pouvaient embarrasser le «Deputy Speaker».

Concurrence

Un des principaux conglomérats mauriciens, dont les dirigeants ont des intérêts dans le sucre, l’hôtellerie et les finances, entre autres, se propose de lancer prochainement une école de formation en gastronomie et en hôtellerie. Elle concurrencera du coup l’École hôtelière sir Gaëtan Duval (SGD). Certaines sources expliquent que ce serait là la raison pour laquelle certaines personnes font de la mauvaise presse à cette institution. Aussi étrange que cela puisse paraître, celui qui aurait été le plus dur dans ses critiques contre l’École hôtelière SGD est lui-même membre du conseil d’administration.

Le clash

Les relations ne sont plus au beau fixe entre deux «senior advisors» du bâtiment du Trésor. Le fond de l’affaire tournerait autour d’un bookmaker. L’un d’entre eux, dont le fils serait proche dudit bookmaker, aurait pesé de tout son poids pour que l’affaire impliquant le preneur de paris soit traitée de manière souple. L’autre «advisor», dont le nom a été cité au sein d’une institution capitale, était, lui, plutôt en faveur du zéro compromis.

Le MTC double la GRA

Alors que la Gambling Regulatory Authority (GRA) aurait accordé 14 jours au bookmaker Ashley Jankee «pour répondre à toute éventuelle entorse à sa licence» (dixit la «Chief Executive Officer» Ringadoo), le Mauritius Turf Club (MTC) lui aurait adressé une convocation. Le bookmaker est attendu dans la «Stewards’ Room» lundi pour la suite des événements dans le sillage de la vidéo d’un groupe composé, entre autres, de jockeys et bookmaker s’amusant sur un catamaran.

Redescendre sur terre ?

Il se déplaçait toujours en jet privé lors de ses voyages européens. Or, Álvaro Sobrinho a été aperçu à Genève, cette semaine, descendant d’un avion commercial en provenance de Lisbonne. Du coup, ses anciens amis se demandent où est passé son avion. Le milliardaire angolais aurait-il perdu ses milliards ?

Imbu de lui-même

Un haut cadre d’une institution parapublique aurait fait une demande spéciale à ses employés. Il a tellement aimé sa photo dans une des publications de l’entreprise qu’il aurait demandé un exemplaire grandeur nature pour l’exposer dans son salon.

La SBM s’y met

Après certains ministres et institutions publiques, c’est au tour de cette banque parapublique de boycotter «l’express» lors du lancement d’un programme de bourses devant la presse jeudi. Si on a cru à un oubli, des employés confirment qu’ils étaient bien au courant que le quotidien n’était pas invité.

Odeur de poisson pourri

Depuis que Basoodeo Seetaram a fait la une de «l’express», les dénonciations à son sujet fusent. Cette photo de sa BMW garée à la «Government House» a été envoyée par un fonctionnaire frustré de devoir garer sa voiture au Champ-de-Mars, alors que ce proche de Pravind Jugnauth a, lui, une place de parking réservée.

Rififi dans une grande loge

Un grand officier maçonnique fait l’objet d’âpres débats parmi les membres d’une loge bien connue après sa récente condamnation. Ses pairs se demandent s’il devrait toujours être en fonction étant donné la sanction que lui a infligée la cour. On verra bien s’il va démissionner.

Noubanisme mania

Qui repartira avec le contrat de «Development Manager» au sein de Landscope Mauritius (LM) ? Alors que l’exercice de sélection est en cours, il se murmure que trois personnes auraient déjà été identifiées. Il s’agit d’un ancien cadre d’une organisation publique proche d’un membre influent du «board» de LM, «enn fami so fami» en poste au sein d’un ministère, et ensuite d’un ancien collègue d’un super haut cadre de LM. Qu’en sera-t-il exactement ?

Makhan grondé ?

La direction du MMM ne serait pas satisfaite par l’attitude de Vijay Makhan ces derniers temps. Si ce dernier a choisi de son propre chef de se désister avant qu’une décision ne soit prise par le bureau politique mauve, rendant la candidature de Nita Juddoo automatique, en revanche, il se serait montré trop économe sur sa position. Ce qui a créé des doutes parmi les militants, dont ceux du comité régional du n°18, en particulier un militant qui a déversé sa bile sur son parti sur la Toile. On s’attend à ce qu’il vienne clarifier sa position ce lundi.

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires