Commission d’enquête sur la drogue: pas d’enquête sur Raouf Gulbul à ce stade

Avec le soutien de
Deux témoins ont incriminé Me Gulbul devant la commission drogue.

Deux témoins ont incriminé Me Gulbul devant la commission drogue.

Me Raouf Gulbul risque-t-il gros à ce stade ? Selon nos intervenants il est encore trop tôt pour que des actions soient prises contre l’avocat du Premier ministre. Cela même si deux témoins, soit Parwiza Jeeva et Joseph Jacharee Bottesoie, ont incriminé l’avocat devant la commission d’enquête sur la drogue. Au bureau du DPP, on explique qu’aucune enquête ne sera initiée. Du moins pour l’instant.

Selon les renseignements, il faut attendre que le rapport de la commission soit déposé. À partir de ce moment, il sera possible de déterminer s’il y a matière à poursuite.

La commission, elle, n’a pas le pouvoir d’utiliser les témoignages recueillis pour poursuivre une personne. «Ces témoignages ne peuvent pas agir comme preuve devant une cour de justice», dit Madan  Dulloo, qui a déjà présidé un Select Committee sur la drogue.

Mais, selon lui, les témoignages recueillis par la commission peuvent être utilisés par les autorités, soit la police ou la brigade anticorruption, pour initier une enquête en toute indépendance. «Dans ce cas, la commission d’enquête peut fournir des informations à la police à leur demande», souligne le politicien.

Qu’en est-il si la police n’initie pas d’enquête ? Dans ce cas, il est nécessaire d’attendre que la commission complète son travail, rédige son rapport final et qu’elle le soumet au Premier ministre. «Ce sera alors au gouvernement de faire le nécessaire. Pour l’instant, Me Raouf Gulbul n’est suspecté de rien tant qu’il n’y a pas d’enquête, avance Madan Dulloo. Seule une cour de justice pourra décider s’il est coupable.»

Sollicité par l’express, le président du Bar Council, Me Jacques Tsang Man Kin, explique que pour l’instant, il n’y a que des allégations contre Me Raouf Gulbul et que ce dernier ne s’est pas encore expliqué. «Il faut attendre les conclusions. Là, il n’y a rien.»

L’attente, c’est aussi ce que préconisent certains au sein du MSM. «À ce stade il n’y a que des allégations et il n’a pas été condamné», dit-on.

De jeunes avocats dans l’angoisse

Un sentiment de panique anime actuellement de jeunes avocats. Du moins, c’est l’impression qu’ils ont laissée dans le milieu du barreau. Ils seraient traumatisés à l’idée d’être convoqués devant la commission d’enquête sur la drogue. D’ailleurs, ils n’apprécieraient pas le fait que le président du Bar Council ne soutienne guère les avocats, alors qu’il est censé le faire…

Publicité
Publicité

Il n’est pas le seul avocat cité lors des auditions devant la Commission d’enquête sur la drogue mais il en est certainement le plus diversement commenté. Pour cause, plusieurs témoignages accablants jouent en sa défaveur. Retour sur cet avocat-politicien dont le nom est cité dans des affaires de drogues depuis plus de 20 ans.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires